•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bell augmente certains tarifs Internet et mobiles, malgré la COVID-19

Chargement de l’image

L'Ontarienne Kelsey Shaffer a sursauté en voyant que Virgin Mobile, une compagnie affiliée à Bell, avait haussé les tarifs de son service mobile.

Photo : CBC/Kelsey Shaffer

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Nombre de clients de Bell dénoncent le fait que la compagnie augmente le prix de leur service Internet ou cellulaire en pleine pandémie de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).

Ces hausses de tarif, qui touchent aussi la compagnie Virgin Mobile, affiliée à Bell, sont généralement de 5 $ à 6 $ par mois.

Pour l'Ontarienne Kelsey Shaffer, il s'agit d'une augmentation de 10 % des deux services de téléphonie qu'a sa famille avec Virgin.

La propriétaire d'un motel à Kakabeka Falls, près de Thunder Bay, raconte que cette augmentation ne pourrait pas survenir à un pire moment. Son chiffre d'affaires a baissé de 75 % depuis la mi-mars.

Elle était en « en colère » en voyant les hausses de tarif sur sa facture du 25 mars.

« Pourquoi maintenant? C'est comme une gifle de plus au visage, alors que personne n'a de l'argent et que nombre de travailleurs ont perdu leur emploi. »

— Une citation de  Kelsey Shaffer, abonnée de Bell

Hausses déjà planifiées, dit Bell

Le porte-parole de Bell, Nathan Gibson, explique que ces augmentations de tarif qui touchent une partie de la clientèle de la compagnie sont entrées en vigueur à partir du 1er mars.

Il ajoute que les clients en avaient été avisés en décembre ou en janvier.

L'acteur Sugith Varughese, de Toronto, rétorque que c'est « irréfléchi » de la part de Bell d'être allé de l'avant avec la hausse des tarifs, malgré la pandémie de COVID-19.

Son service Internet a augmenté de 6 $ par mois. Il est sans travail depuis la mi-mars.

« Augmenter le prix d'Internet durant une pandémie est tellement injuste, parce que je dépends beaucoup d'Internet en ce moment, comme à peu près tous les autres Canadiens. »

— Une citation de  Sugith Varughese, abonné de Bell

Laura Tribe du groupe de défense des consommateurs Open Media, de Vancouver, croit elle aussi que Bell aurait dû annuler pour l'instant l'augmentation de ses tarifs.

On a vu beaucoup de compagnies s'adapter aux circonstances actuelles, dit-elle. C'est décevant de voir que Bell n'a pas fait de même.

Bell affirme avoir fait des efforts en annulant entre autres les frais de dépassement de données sur certains forfaits et en suspendant l'augmentation des tarifs qui devait entrer en vigueur le 1er mai pour certains services de télévision et de téléphonie à domicile.

Ce que vous pouvez faire

M. Gibson incite les clients de Bell qui ont fait face à des hausses de tarif à communiquer avec le service à la clientèle pour discuter de leur situation personnelle.

Mme Shaffer raconte que c'est ce qu'elle a fait : Bell lui a offert une remise ponctuelle de 20 $. Elle a rejeté cette offre et planifie changer de fournisseur.

M. Varughese, lui, dit que le service à la clientèle ne lui a pas offert de remise : Ils étaient bien sympathiques, mais ils m'ont répondu : "On vous a avisé en décembre".

Certains clients de Rogers avaient aussi reçu un avis selon lequel le prix de leur service télé ou Internet allait augmenter le 28 avril. Toutefois, la compagnie a reporté toute hausse de tarif jusqu'à plus tard cette année.

TekSavvy augmente aussi ses tarifs

Le fournisseur Internet TekSavvy augmentera de 5 $ le prix de tous ses forfaits en mai.

La compagnie souligne qu'elle avait réduit ses tarifs en 2019, à la suite de l'annonce de la décision du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) d'abaisser les taux que les revendeurs de service comme TekSavvy doivent payer aux grands câblodistributeurs pour l'utilisation de leur équipement.

Or, Bell et Rogers ont interjeté appel de la décision du CRTC menant à la suspension de la baisse prévue des taux, ce qui force TekSavvy à augmenter ses tarifs, soutient la compagnie. TekSavvy ajoute que l'usage d'Internet chez ses clients est en forte hausse, accentuant la pression sur son chiffre d'affaires.

On avait abaissé nos tarifs par le passé et on enregistrait maintenant des pertes chaque mois, explique Mike Stanford de TekSavvy. Nous devions augmenter les prix pour stabiliser nos revenus.

La consultante en communications d'Ottawa Danielle ​​Tremblay, qui est à court de contrats depuis la fin mars à cause de la COVID-19, est fâchée de la situation. Ils auraient pu au moins essayer d'attendre un autre mois, dit-elle.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !