•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un été difficile en vue pour les camions restaurants

Quatre camions restaurants sous un ciel bleu.

La flotte de camions restaurants de Sweet and Salty Concessions.

Photo : Marcel Petit

Des annulations à répétition d’événements estivaux menacent la saison des camions restaurants au Manitoba. Le propriétaire de Sweet and Salty Concessions à Winnipeg met au point une nouvelle manière de fonctionner, afin de résister à la crise de la COVID-19.

On est chanceux qu’on a les ventes au Festival du Voyageur en février, sinon on serait dans une situation plus grave. Mais ça va commencer à nous attraper dans quelques mois, affirme Marcel Petit, le propriétaire de Sweet and Salty Concessions.

Son entreprise détient cinq camions restaurants. Trois d’entre eux sont des roulottes qui vendent de petits beignes, une partie de l’entreprise qui est maintenant dans sa 19e année. Un autre camion restaurant s’appelle le Meltdown, spécialisé en poutine et en fromage en crottes frit. Le dernier, un ajout récent, offre des queues de castor (une pâtisserie, et non le membre postérieur du rongeur).

M. Petit estime que ses ventes perdues se chiffreront dans les dizaines de milliers de dollars pour la durée de la pandémie, dans le meilleur des cas.

Dans la province, outre le festival Fringe et le Festival de Jazz de Winnipeg qui attirent de larges foules au centre-ville de Winnipeg, ainsi que des camions restaurants, une multitude de plus petits rassemblements sont annulés en région, dont beaucoup de célébrations du 150e anniversaire du Manitoba.

Plusieurs centaines de personnes autour d'une scène érigée en pleine ville.

Le festival Fringe de Winnipeg dans le quartier de la Bourse, avec des camions restaurant en arrière-plan.

Photo : Winnipeg Fringe/Facebook

Heureusement, M. Petit indique qu’il ne mise jamais sur des anniversaires pour assurer son revenu. J’ai toujours confiance que notre produit marche bien sans un centenaire comme ça, dit-il. Ce qui le préoccupe, c’est plutôt l’annulation potentielle de rendez-vous annuels.

L’un des plus importants pour lui, c’est le Stampede de Calgary qui doit avoir lieu du 3 au 12 juillet. Si celui-ci n’est pas encore annulé, il toutefois déjà dû mettre à pied 80 % de ses employés à cause des mesures prises pour limiter la propagation de la COVID-19.

La Ville de Calgary a annulé tous les événements jusqu’à la fin juin, et la province continue à voir d’importantes hausses quotidiennes de cas de la maladie.

Marcel Petit croit qu’un petit nombre de camions restaurants ne survivront pas à la crise. Cependant, il indique que la plupart d’entre eux ne constituent pas l’occupation à temps plein de leur propriétaire, ce qui leur permet de survivre à un moment comme celui-ci.

[Pour nous] ça va être difficile à recommencer, parce qu’on va vider nos réserves, dit-il, tout en assurant que son entreprise tiendra le coup. Pour ce faire, il a décidé de mettre l’un de ses camions restaurants en action, le Meltdown.

On est actuellement dans le processus de chercher un emplacement central à Saint-Boniface pour soit faire des livraisons, ou offrir de la nourriture à emporter, dit-il.

Il souhaite aussi combiner ce camion restaurant avec les queues de castor, afin d’offrir un peu de salé et de sucré.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !