•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : ce qu’il faut savoir aujourd’hui au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Des virus sur la carte du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

La pandémie de coronavirus a atteint le Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le bilan de la santé publique fait désormais état de 244 cas de coronavirus au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Il s'agit d'une augmentation de cinq cas par rapport à lundi.

Le nombre de décès atteint 12, soit un de plus que ce qui a été recensé la veille. Quatre personnes sont présentement hospitalisées et, selon les plus récentes données de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), 84 sont considérées comme rétablies de la COVID-19.

Quant aux foyers d'éclosion, il y en a toujours trois dans la région, tous situés au Saguenay. Le Centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) de la Colline, à Chicoutimi-Nord, dénombre 45 résidents (+3) et 46 employés atteints (stable), pour un total de 10 décès (+1).

Ouverture d’une clinique dentaire d’urgence

Une clinique dentaire d’urgence destinée principalement au traitement des patients à risque ou atteints du coronavirus ouvrira mercredi à Chicoutimi.

La clinique, qui sera située dans l’enceinte de l’ancien couvent des Augustines, adjacent à l’hôpital de Chicoutimi, regroupera six dentistes et deux hygiénistes dentaires.

Outils de dentiste sur une table avec une chaise en arrière-plan.

Un bureau de dentiste.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Les patients qui seront vus à la clinique devront détenir une référence fournie par un dentiste ou un médecin urgentologue spécifiant que leur état nécessite des soins dentaires d'urgence parce qu'ils sont aux prises avec une infection non contrôlée ou de la douleur extrême, ou qu'ils sont en proie à une hémorragie.

En plus des patients qui ont contracté le virus ou qui sont considérés à risque, les professionnels recevront aussi ceux dont la clinique habituelle est fermée.

Moins d'opérations chirurgicales

En raison de la pandémie de COVID-19, les médecins pratiquent 70 % moins d'interventions chirurgicales que d’habitude dans les établissements de la région.

C'est ce que confirme le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean. La direction précise toutefois que les opérations urgentes, comme les cas de maladies cardiaques ou de cancer, sont priorisées.

Pour ce qui est des opérations dites semi-urgentes, chaque spécialiste a la responsabilité d'évaluer si une option thérapeutique est disponible. Si ce n’est pas le cas, les médecins doivent soumettre le dossier au comité de surveillance des activités chirurgicales, qui se réunit du lundi au vendredi. Ce comité décide, au besoin, de mettre une opération à l’horaire au cours des prochains jours.

Système judiciaire au ralenti

Les palais de justice du Québec tournent au ralenti, mais les causes continuent de s’accumuler. Devant les dossiers qui s’empilent, des avocats craignent un engorgement du système dans quelques mois.

Au palais de justice de Chicoutimi, les salles de cour et les couloirs sont déserts, mesures d’hygiène et distanciation sociale obligent. En attendant un retour à la normale, c'est maintenant sur des écrans que se déroulent les comparutions et autres procédures.

Inquiétudes dans le milieu touristique

Les petits villages de la région commencent normalement à bourdonner à cette période-ci de l'année pour tout mettre en place en vue de la saison touristique qui assure leur vitalité.

Un restaurant et une église à Sainte-Rose-du-Nord.

Une partie du village de Sainte-Rose-du-Nord, dont son église

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

Du Lac-Saint-Jean au Saguenay, une période estivale écourtée ou même annulée en raison de la pandémie pourrait avoir des conséquences désastreuses sur l'économie locale.

Josée Néron plaide en faveur d’une reprise partielle

La mairesse de Saguenay souhaite que Québec lève prochainement certaines mesures de confinement au Saguenay-Lac-Saint-Jean pour relancer l'économie.

Josée Néron en entrevue

La mairesse Josée Néron

Photo : Radio-Canada

Josée Néron ne demande pas de lever l'interdiction de circuler entre les régions, mais plutôt d'autoriser la réouverture des petits commerces et des PME.

Elle affirme que la situation du coronavirus est sous contrôle dans la région et maintient que Québec devrait en tenir compte. Elle croit que le gouvernement pourrait s'inspirer de certains pays qui autorisent une reprise contrôlée et graduelle des activités économiques.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !