•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’opposition officielle demande une reprise des travaux, en personne ou à distance

Une vue de l'extérieur de l'assemblée législative de la Saskatchewan.

Le chef du Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan, Ryan Meili, aimerait que les députés reprennent les travaux législatifs d'une façon ou d'une autre.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Malgré les circonstances exceptionnelles provoquées par la pandémie, l’opposition officielle en Saskatchewan souhaite que les députés reprennent les travaux législatifs, et ce, même s’ils doivent le faire à distance, affirme le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Ryan Meili, lundi.

Ce dernier estime qu’un mois après l’interruption des travaux à l’Assemblée législative, il est temps que les élus reprennent le travail afin de surveiller les décisions du gouvernement.

C’est un travail important qui ne devrait pas s’arrêter complètement, mais nous devons aussi respecter les mesures de santé publique, précise le chef néo-démocrate.

Ryan Meili considère que plusieurs options s’offrent aux députés, que ce soit de siéger en personne en respectant l'éloignement physique, de siéger par comités ou encore de siéger virtuellement, par vidéoconférence.

Je comprends que nous devrions avoir une discussion sur les façons de procéder virtuellement, mais je suis d'accord pour utiliser la technologie que nous utilisons en ce moment pour poser des questions, déclare celui qui fait ses points de presse quotidiens avec l’application Zoom depuis quelques semaines.

De son côté, le gouvernement provincial ne semble pas avoir autant réfléchi à la question de la reprise des travaux, préférant se concentrer sur la lutte contre la COVID-19.

Aucune décision n’a été prise pour l'instant sur le moment ou les paramètres selon lesquels [les élus] pourront reprendre les travaux. Notre gouvernement reste concentré sur la réponse à la pandémie de COVID-19, a affirmé lundi un porte-parole du premier ministre, Scott Moe.

Lundi, certains députés fédéraux ont siégé à la Chambre des communes pour la première fois depuis le 13 mars. De 35 à 40 élus étaient à Ottawa, où ils ont adopté une motion afin de tenir des séances en personne une fois par semaine, notamment.

La session printanière en Saskatchewan a été interrompue pour une durée indéterminée le 18 mars dernier d’un commun accord entre le NPD et le Parti saskatchewanais.

À l’époque, la province avait déclaré que toutes les dépenses nécessaires pour lutter contre la pandémie seraient réalisées par le biais de mesures particulières qui permettent au gouvernement d’obtenir des fonds lorsque les députés ne sont pas conviés pour une session législative.

Si une loi d’urgence doit être adoptée, le gouvernement peut demander au président de rappeler [les députés], avait noté un représentant du gouvernement le 19 mars dernier.

Avec les informations d’Adam Hunter

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !