•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : le Manitoba établit des zones pour mieux répartir l'équipement sanitaire

La province annonce un nouveau cas, ce qui porte le total de cas dépistés à 255, dont 99 sont toujours actifs.

Le Dr Roussin s'adresse aux médias, assis à une table devant un micro.

Le médecin hygiéniste en chef du Manitoba, le Dr Brent Roussin, fait le point sur la COVID-19 dans la province.

Photo : Radio-Canada

Le Manitoba a annoncé la mise en place d'un système de zones prioritaires pour mieux répartir la distribution de l'équipement de protection individuelle (EPI) dans la province.

Divisées en trois couleurs, elles vont de la zone la plus risquée, rouge, à celle comportant le moins de risques, verte.

  • Zones rouges : milieux ou situations où sont fournis des soins et des services à des particuliers qui ont été testés pour la COVID-19 et dont le diagnostic de la maladie a été confirmé.
  • Zones orange : milieux et situations où sont fournis des soins et des services à des particuliers qui répondent aux critères de dépistage de la COVID-19 et qui ont été testés et qui sont en attente des résultats.
  • Zones vertes : milieux et situations où sont fournis des soins ou des services à des particuliers qui ne sont pas soupçonnés d’avoir la COVID-19.

Le montant d’EPI nécessaire pour chaque zone dépend du risque inhérent à la zone, a expliqué l’infirmière en chef de Soins communs, Lanette Siragusa.

Nous achetons ce que nous pouvons quand nous pouvons et nous voulons être sûrs que de l'EPI sera disponible lorsque nous en aurons, a-t-elle ajouté, alors que les autorités sanitaires s’attendent toujours à une possible augmentation des cas de COVID-19 au Manitoba.

Un nouveau cas de COVID-19

Les autorités sanitaires ont, par ailleurs, annoncé un nouveau cas de COVID-19, ce qui porte le total de cas présumés et confirmés dans la province à 255. Sept personnes sont toujours à l’hôpital, dont quatre en soins intensifs.

Par ailleurs, 150 personnes ont été guéries de la maladie, et 99 cas sont toujours actifs.

Même si le nombre de cas est resté faible ces derniers jours, le médecin hygiéniste en chef de la province, Brent Roussin, continue d’appeler à la prudence.

Le risque n’est pas moins important, le virus est toujours dans la province.

Restez à la maison, a-t-il réitéré à l'endroit de la population.

Le laboratoire provincial Cadham a analysé 314 tests lundi, pour un total de 20 319 depuis le début du mois de février.

Les autorités sanitaires rappellent avoir élargi récemment (Nouvelle fenêtre) les critères permettant à des Manitobains qui présentent des symptômes de COVID-19 – toux, écoulement nasal, maux de gorge et fièvre – de se faire tester pour éviter la propagation du virus dans la province.

Rectificatif : une version précédente de cet article indiquait par erreur que les tests étaient élargis à toutes les personnes présentant des symptômes de la maladie au Manitoba.

De nouvelles directives pour les vacanciers

Par ailleurs, le Dr Brent Roussin a fait de nouvelles recommandations plus précises pour les personnes qui se rendent à leur chalet.

Celles-ci ne devraient voyager qu’avec des membres de leur famille, ne pas rendre visite à d’autres personnes une fois sur place, éviter de s’arrêter prendre de l’essence ou de faire l’épicerie en chemin et se rendre chez un médecin de la région uniquement en cas d’urgence.

Les autorités sanitaires recommandent par ailleurs à toute personne entrant dans un centre médical de porter un masque en tissu pour protéger les autres.

La recommandation s’applique aussi aux patients qui ont des interactions avec du personnel de santé et à ceux qui utilisent les transports en commun, prennent un taxi ou font appel au système Handi-Transit.

Cependant, quand on lui a demandé s’il comptait rendre le port du masque obligatoire comme c’est le cas dans d’autres pays, le Dr Roussin a déclaré que ce n’était pas à l’ordre du jour pour le moment.

Trop tôt pour un échéancier

En outre, le Dr Roussin a déclaré qu'il travaillait sur des plans à court, à moyen et à long terme pour relâcher peu à peu les mesures en place actuellement.

La durée du maintien des directives d'éloignement physique va dépendre de nombreux facteurs, a-t-il ajouté. Parmi eux, il a cité le nombre de cas, le type de cas, la proportion de tests déclarés positifs ou encore la quantité d’équipement de protection individuelle.

Une fois que nous aurons le feu vert pour chaque variable, on verra comment lâcher du lest, a-t-il dit.

Il a tout de même précisé que les plans à long terme dépendent pour beaucoup de la découverte d’un vaccin ou d’une solution pharmaceutique pour combattre le nouveau coronavirus.

La courbe est plate depuis quelques jours, mais cela pourrait changer si la population manitobaine change ses comportements, a-t-il dit.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !