•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Contrairement à Trump, Trudeau ne compte pas suspendre l'immigration au Canada

« Le Canada est un pays accueillant et un pays engagé en faveur de l'immigration et des immigrants », affirme le gouvernement Trudeau.

La signalisation des douanes et des bureaux de l’immigration à l’Aéroport Pierre-Elliott Trudeau.

Le gouvernement Trudeau a prévu accueillir 341 000 nouveaux arrivants au Canada en 2020.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le gouvernement de Justin Trudeau ne compte pas imiter le président américain Donald Trump, qui a décidé de suspendre temporairement l'immigration par un décret qu'il signera mercredi.

Alors que le président des États-Unis a indiqué, dans un tweet, vouloir protéger les emplois de nos GRANDS citoyens américains, avant de préciser que cette décision sera en vigueur pour 60 jours et qu'elle visera les demandeurs de carte verte (l'équivalent de la résidence permanente canadienne), il n'est pas question, pour le Canada, d'adopter une mesure similaire.

C'est ce qu'a fait savoir le cabinet du ministre de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté (IRCC), Marco Mendicino, à Radio-Canada.

Nous sommes conscients de l'évolution de la situation aux États-Unis et nous la suivons de près. Nous sommes en contact avec nos partenaires américains pour déterminer s'il y aura des répercussions sur les Canadiens, souligne le porte-parole du ministre fédéral, Kevin Lemkay.

Ce dernier, il y a quelques jours, avait déjà défendu les bienfaits de l'immigration pour l'économie canadienne. L'immigration joue un rôle clé en donnant aux entreprises canadiennes les ressources dont elles ont besoin pour prospérer, afin qu'elles puissent créer de bons emplois pour la classe moyenne, avait-il dit à Radio-Canada en commentant une hausse prochaine des frais pour demander une résidence permanente.

Si le Canada a fermé ses frontières le mois passé, des exceptions sont en vigueur pour les nouveaux arrivants déjà sélectionnés, mais qui n'ont pas encore mis les pieds sur le territoire.

Si la demande de résidence permanente a été approuvée avant le 18 mars, ces personnes sont autorisées à venir s'installer au pays. Elles devront alors se placer en quarantaine durant 14 jours.

Des restrictions pour les temporaires

Le gouvernement Trudeau a cependant décidé de suspendre le traitement des demandes de visa de visiteur non essentielles, mais aussi de restreindre celles visant les travailleurs étrangers temporaires. Actuellement, précise IRCC, ne sont traitées que les demandes qui se concentrent spécifiquement sur des services essentiels, particulièrement dans les domaines médicaux et les chaînes d’approvisionnement alimentaire.

Un impact sur les seuils

Ces prochaines années, le gouvernement Trudeau compte augmenter encore sensiblement le nombre de nouveaux arrivants. L'objectif, répété à plusieurs reprises, est que les immigrants permanents représentent 1 % de la population totale.

En 2020, selon le dernier plan pluriannuel présenté, 341 000 immigrants devraient être admis, avant une hausse à 350 000 l'an prochain.

Ces seuils pourraient-ils néanmoins être revus en raison de la crise économique et du taux de chômage plus élevé? Ni le cabinet de Justin Trudeau ni celui de Marco Mendecino n'ont répondu à cette question.

Il n'a pas été possible non plus de savoir si des demandes de résidence permanente sont toujours approuvées en ce moment.

En revanche, l'ancien ministre de l'Immigration, Ahmed Hussen, a reconnu mardi, au cours d'une conférence de presse en compagnie de la vice-première ministre Chrystia Freeland, que cette pandémie aura un impact sur le nombre d'immigrants, sans donner davantage de détails.

Dans ce contexte de COVID-19, ce chiffre sera certainement touché. Mais notre plan demeure le même.

Ahmed Hussen, ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social

Des délais de traitement allongés

Selon différents avocats en immigration, ces seuils pourraient néanmoins être revus naturellement à la baisse, en raison des délais de traitement actuellement plus longs. En raison des perturbations causées par le nouveau coronavirus (COVID-19), les délais de traitement ne sont plus précis, mentionne d'ailleurs le site internet d'IRCC.

Oui, il y a augmentation des délais et la question se pose [pour atteindre les cibles], admet l'avocat de Vancouver, Richard Kurland.

Mais suspendre l'immigration, ça ne peut pas se passer au Canada. C'est impossible. Notre économie, notre société a besoin de l'immigration.

Richard Kurland, avocat en immigration

Il y a plus de souplesse dans le traitement des dossiers, confirme l'avocat montréalais Hugues Langlais, en mentionnant que les ambassades canadiennes ne traitent que l'urgent et l'essentiel. On ne nous refuse plus un dossier s'il manque une photo ou un document, puisque ça devient difficile de les obtenir. Mais on n'a eu aucune indication d'une volonté de revoir les cibles, confie-t-il.

En ce moment, précise Maxime Lapointe, qui travaille dans la région de Québec, les centres pour les examens médicaux, dans différents pays, sont fermés ou alors, c'est difficile d'avoir des rendez-vous. On nous donne 90 jours plutôt que 30 jours pour avoir ces documents.

Au Québec, le gouvernement Legault – qui a le pouvoir de sélectionner ses propres immigrants économiques – a de son côté déjà admis qu'une révision des seuils, dans la province, est possible.

On n'est pas rendu là, mais effectivement, c'est quelque chose qu'on va regarder. Je pense qu'il faut tout revoir, entre autres le nombre d'immigrants, a déclaré, le 14 avril, le premier ministre François Legault, en évoquant le taux de chômage élevé qu'on va avoir dans les prochains mois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique