•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une simple dent cassée ne sera pas réparée immédiatement

Des outils de dentistes déposés sur une radiographie de dents.

En raison de la pandémie, les dentistes peuvent seulement effectuer les traitements d'urgence.

Photo : iStock

La Santé publique et l’Institut national de la santé publique du Québec (INSPQ) autorisent les dentistes à n’effectuer que des traitements d’urgence, et ce, jusqu’au 4 mai, afin d'éviter la propagation de COVID-19.

Un simple appel dans une clinique permet aux dentistes d’évaluer s’il y a urgence ou non. Une dent cassée ne sera pas immédiatement réparée. Une fracture d’une dent qui va gratter un peu la langue, qui va causer des douleurs quand on mange, au chaud ou au froid, ne sera pas considérée comme une urgence dentaire qu’on peut traiter, explique le président de l’Association des chirurgiens dentistes du Québec, Dr Carl Tremblay.

Les dentistes attendent d'autres recommandations de la part de la Santé publique et de l'INSPQ pour le mois de mai.

Pour les urgences qui peuvent être traitées, le Dr Carl Tremblay parle plutôt des urgences dentaires qui pourraient mettre la vie du patient en danger, une infection très violente, un accident avec une avulsion dentaire qu’il faut replacer la dent rapidement.

En cas d’infection, les dentistes peuvent transmettre des prescriptions d’antidouleurs et des antibiotiques aux pharmacies afin d’éviter les contacts avec les patients.

La COVID-19 peut se transmettre via les gouttelettes et un dentiste peut difficilement se tenir à deux mètres de distance d’un patient à traiter. Présentement, nous ne sommes pas autorisés à faire les traitements qui vont générer des aérosols [...] Et si c’est un traitement qui doit générer un aérosol, à ce moment-là c’est sûr que des équipements de protection individuelle doivent être portés. Le masque, la visière, les gants, le petit chapeau et tout ça, mais ça doit être fait en dernier recours pour éviter que le personnel s’infecte si le patient devait être porteur de la COVID, mais asymptomatique, précise Dr Carl Tremblay.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !