•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jeff Drouin-Deslauriers :  du hockey à l’immobilier

À gauche, Jeff Drouin-Deslauriers au début du camp des Oilers en 2006.  À droite, lors de son embauche par la compagnie Cushman & Wakefield.

À gauche, Jeff Drouin-Deslauriers au début du camp des Oilers en 2006. À droite, lors de son embauche par la compagnie Cushman & Wakefield.

Photo : Getty Images et Cushman & Wakefield

Cela fait quatre ans que Jeff Drouin-Deslauriers a disputé son dernier match de hockey professionnel. Maintenant agent immobilier dans le domaine commercial, l’ex-gardien de but explique que la transition entre ses deux carrières a été assez facile. Ce qu’il trouve plus difficile, c’est de bien jouer son rôle de père, surtout dans les circonstances de la crise actuelle.

Repêché au premier rang du deuxième tour (31e au total) par les Oilers, lors du repêchage amateur de 2002, Jeff Drouin-Deslauriers a passé neuf saisons dans l’organisation.

Pour pouvoir sélectionner le gardien des Saguenéens de Chicoutimi, les Oilers avaient transigé avec les Sabres de Buffalo, cédant l’attaquant Jochen Hecht en retour des 31e et 36e choix au repêchage.

Dallas, qui parlait aux 32e et 34e rangs, avait besoin d’un gardien de but, et les Oilers le savaient. L’entraîneur-chef des Stars, Guy Carbonneau, était copropriétaire des Saguenéens et connaissait bien celui qui était classé meilleur espoir à sa position, en Amérique du Nord.

Si le plan des Oilers était de faire de Drouin-Deslauriers leur gardien d’avenir, ils n’ont pas mis en place les mesures nécessaires pour assurer son développement.

Listes des réponses donné par Jeff Drouin-Deslauriers à un questionnaire humoristique, des Oilers.

À sa première saison complète dans la LNH, les Oilers n'ont fait appel à Drouin-Deslauriers qu'à 10 reprises.

Photo : Oilers Edmonton

Jeff a joué 22 matchs avec les Road Runners d’Edmonton, le club-école des Oilers pendant le lock-out de 2004-2005 et aurait dû être gardien partant dans la Ligue américaine (AHL) la saison suivante.

Les Oilers ont plutôt décidé de se départir de leur équipe de Ligue américaine et de signer une entente avec le Canadien de Montréal pour envoyer des joueurs aux Bulldogs de Hamilton.

Le problème, c’est qu’il ne peut y avoir qu’un seul gardien numéro un et l’organisation qui est propriétaire de l’équipe au sein de l'AHL choisira presque toujours de développer son propre cerbère plutôt que celui d’une équipe rivale.

À sa deuxième campagne professionnelle, Jeff n’a donc joué que 13 matchs avec les Bulldogs et 6 avec le Grrrowl de Greenville dans l'ECHL.

La saison suivante, les Oilers l’ont prêté à l’équipe-école des Penguins de Pittsburgh, où il a disputé 40 matchs. 

Deux ans après avoir sélectionné le Québécois, les Oilers ont opté pour Devan Dubnyk, avec leur choix de premier tour, 14e au total. L’équipe avait donc deux gardiens de but à développer, sans avoir son propre système pour pouvoir le faire. 

Ménage à trois

Mathieu Garon et Jeff Drouin-Deslauriers lors d'une réception qui précède le dernier match de l'histoire à la Place Rexall d'Edmonton.

Mathieu Garon et Jeff Drouin-Deslauriers ont formé un ménage à trois gardiens en compagnie de Dwayne Roloson, lors de la saison 2008-2009.

Photo : Radio-Canada / Patrick Henri

Pour ne pas perdre Drouin-Deslauriers au ballotage lors de la saison 2008-2009, les Oilers ont décidé de garder trois gardiens de but à Edmonton. Le système de rotation à trois a été en vigueur jusqu’à la mi-janvier, quand Mathieu Garon a été transigé à Pittsburgh en retour de Dany Sabourin, Ryan Stone et un choix de quatrième tour. Jeff n’a tout de même disputé que 10 parties cette saison-là, le numéro un Dwayne Roloson en ayant joué 63.

En prévision de la saison 2009-2010, les Oilers ont fait l’acquisition de Nikolai Khabibulin pour remplacer Roloson, mais le gardien russe a souffert de maux de dos et n’a disputé que 18 rencontres.

Drouin-Deslauriers est alors devenu par défaut l’homme de confiance de Pat Quinn, même s’il n’avait disputé que 4 = des 19 premiers matchs de l’équipe.

Il a terminé la saison avec un dossier de 16-28-4, une moyenne de 3,26 et un pourcentage d’efficacité de ,901.

Durant la saison morte, il a signé un nouveau contrat avec l’équipe, même s’il ne faisait plus vraiment partie des plans. Les Oilers craignaient de voir Khiabibulin passer beaucoup de temps en prison en raison d’une arrestation pour conduite avec les facultés affaiblies et ne voulaient pas se retrouver sans option.

Khabibulin n’a pas eu à aller en prison immédiatement et a été le gardien numéro un de l’équipe, secondé par Devan Dubnyk. Drouin-Deslauriers a passé la saison dans la Ligue américaine, sans disputer un seul match de la LNH. Il a par la suite signé un contrat de deux saisons avec les Ducks d’Anaheim.

Jeff reconnaît qu’avec une autre formation il aurait peut-être eu une meilleure chance d’apprendre dans les rangs mineurs avant d’atteindre la LNH. Même s’il a été un peu victime de la mauvaise gestion des Oilers, il n’en veut pas à l’organisation.

Ce sont eux qui m’ont donné ma première chance dans la LNH. Le hockey, c’est un jeu à la base, mais dans la LNH, c’est un business.

Jeff Drouin-Deslauriers, ex-gardien, Oilers

Dix-huit ans après avoir entendu Kevin Lowe, alors directeur général, appeler son nom lors de l’encan amateur, l'ex-gardien considère qu’Edmonton, c’est chez lui.

Jeff et sa conjointe, Meghan, ont choisi de rester dans la capitale albertaine plutôt que de revenir au Québec, pour fonder une famille. Ils ont un fis, Max, âgé d’un an et demi.

Nouvelle carrière

Jeff Drouin-Deslauriers réussit un arrêt face à Jerome Flaake des Freezers de Hamburg.

Jeff Drouin-Deslauriers a terminé sa carrière en jouant en Allemagne avec les Panthers d'Augsburg.

Photo : bongarts/getty images / Martin Rose

Après deux saisons en Europe et voyant que sa carrière était probablement terminée, Jeff a décidé de s’orienter vers le marché immobilier. Il croit que son passé de hockeyeur est un atout pour pratiquer son nouveau travail.

Quand tu joues au hockey, tu as un agent qui t’aide à négocier avec les équipes. Maintenant, c’est un peu moi, l’agent, j’aide mes clients à gérer leurs propriétés, à acheter ou vendre selon leurs besoins, dit-il.

Pour celui qui a disputé 62 matchs dans la LNH, le défi d’avoir eu à s’adapter à un nouveau travail n’est rien en comparaison de celui de devenir parent.

Ça a été une longue période d’ajustement, mais là, ça va bien.

C’est beaucoup plus facile d’arrêter des rondelles à 100 MPH que d’expliquer à un garçon d’un an et demi qu’il ne peut pas aller jouer au parc en raison de la présence de la COVID-19.

Jeff Drouin-Deslauriers, ex-gardien, Oilers

Drouin-Deslauriers joue encore au hockey pour le plaisir, mais maintenant comme attaquant. Il revêt ses jambières chaque année pour quelques matchs en compagnie d’autres anciens Oilers.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Hockey

Sports