•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Santé publique Ottawa veut utiliser une application pour contrer la propagation

Chargement de l’image

Une application mobile pourrait aider les employés de Santé publique Ottawa qui font des enquêtes épidémiologiques, selon la Dre Vera Etches (archives).

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Santé publique Ottawa (SPO) souhaite lancer dans les prochains jours une application pour téléphones intelligents afin de faciliter ses enquêtes épidémiologiques. Les Ottaviens qui téléchargeront le programme devront donner leur consentement avant que l’agence municipale puisse utiliser les données recueillies.

Il y a beaucoup de suivis à faire avec chaque cas. C’est du travail qui prend beaucoup d’énergie avec nos employés et l’application va nous aider à faire plus de suivis, a indiqué le directeur de la protection de la santé de SPO, Andrew Hendriks, au terme d’une rencontre du Conseil de santé d’Ottawa, lundi soir.

Durant la réunion virtuelle, la médecin en chef de SPO, la Dre Vera Etches, a indiqué que l’application, développée par une entreprise externe, sera soumise à certains examens pour s’assurer qu’elle ne met pas en péril la vie privée des utilisateurs qui l’auront téléchargée.

S’ils ont des symptômes et qu’ils reçoivent un diagnostic positif, nous allons les interpeller dans le cadre de notre enquête pour savoir s’ils ont téléchargé l’application et s’ils consentent à nous communiquer les données de localisation recueillies, a expliqué M. Hendriks.

L'application ne remplacera toutefois pas entièrement les enquêtes menées par des employés de SPO. Elle pourrait toutefois être particulièrement utile dans un contexte où le gouvernement ontarien veut continuer d’accroître le nombre de dépistages effectués dans ses laboratoires.

Si on fait plus de tests, nous allons voir plus de cas aussi et nous devrons faire plus de gestion de contacts, a souligné la Dre Etches.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !