•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À Ekuanitshit, 60 lits sont en préparation pour des patients atteints de la COVID-19

Des gardes surveillent une route d'entrée.

Ekuanitshit a fermé les portes de son territoire à la mi-mars pour limiter la propagation du virus (archives).

Photo : Gacieuseté de Jean-Charles Piétacho

Radio-Canada

Même si aucun cas de COVID-19 n’a été déclaré pour l’instant auprès de ses membres, la communauté d’Ekuanitshit se prépare. Des sites d'hébergement temporaires destinés aux personnes infectées par la COVID-19, ou en attente de dépistage, sont en préparation.

Sur les 60 lits prévus, 20 seront dédiés aux patients en attente de résultats et 40 pour les personnes qui seraient déclarées positives. La population d'Ekuanitshit compte 700 habitants.

Ces installations, appelées sites de confinement, seront situées dans l'école et le futur CPE, où des chambres individuelles sont aménagées.

La directrice des services de santé d'Ekuanitshit, Marie-Andrée Basile, indique que cette mesure préventive fait partie du plan de mesures d'urgence de la communauté.

Dû à la surpopulation dans nos maisons, on va devoir les héberger temporairement pour éviter qu'il y ait une très grande propagation du virus dans la communauté, si des cas sont déclarés, explique Mme Basile.

Cibler les besoins réels

Dimanche, le premier ministre canadien Justin Trudeau a annoncé que les communautés innues de Nutashkuan et d’Ekuanitshit vont recevoir à leur tour l’appui des Rangers pour limiter la propagation de la COVID-19 dans la région.

Le chef d’Ekuanitshit, Jean-Charles Piétacho, a appris en même temps que les médias que les Rangers de sa communauté seront déployés.

M. Piétacho aurait souhaité une meilleure communication de la part du gouvernement fédéral afin de mettre en place des efforts qui répondent vraiment aux besoins de sa communauté.

C’est apprécié, mais ça aurait été encore mieux que ce soit du personnel infirmier.

Jean-Charles Piétacho, chef d'Ekuanitshit

On craint beaucoup une rupture de notre personnel infirmier compte tenu que nous sommes déjà limités et que nous avons déjà du personnel en quarantaine et la difficulté de recruter du personnel en région, a précisé le chef.

Les Rangers en Minganie et en Basse-Côte-Nord

La semaine dernière, le gouvernement de Justin Trudeauavait d’abord annoncé le déploiement des Rangers résidants en Basse-Côte-Nord pour prêter main-forte dans la lutte contre la propagation du virus.

Dans un communiqué émis lundi, le CISSS de la Côte-Nord indique que les Rangers pourraient être appelés à faire diverses tâches de prévention ou logistiques, comme mettre en place des campements temporaires.

Avec les informations de Marc-Antoine Mageau et de Marie Kirouac

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Santé publique