•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au tour du CHSLD de Sainte-Dorothée d'être visé par un recours collectif

L'établissement pour personnes âgées de Laval a enregistré jusqu'ici 164 cas de COVID-19 et 67 décès.

Une employée masquée passe le balai devant la porte d'entrée du CHSLD.

Le CHSLD de Sainte-Dorothée devra possiblement répondre de sa gestion devant la justice.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada

La pandémie de coronavirus n'est pas encore terminée que, déjà, des actions collectives sont déposées contre des établissements pour personnes âgées, auxquels on reproche d'avoir mal protégé leurs résidents.

Après le CHSLD Herron, voilà que le CHSLD de Sainte-Dorothée, à Laval, est à son tour visé par une demande en recours collectif.

Celle-ci a été déposée lundi à la Cour supérieure du Québec, district de Montréal, par Me Patrick Martin Ménard, du cabinet Ménard, Martin, Avocats, au nom de Jean-Pierre Daubois, qui a perdu sa mère Anna José Marquet le 3 avril dernier, après qu'elle eut contracté la COVID-19. Elle avait 94 ans.

Le demandeur allègue que des employés ont été forcés de se présenter au travail même s'ils étaient symptomatiques; que l'établissement et le CISSS de Laval ont négligé d'offrir à ces employés de l'équipement de protection adéquat; et que des patients symptomatiques n'ont pas été correctement mis à l'écart, ce qui a alimenté la contagion.

Les résidents du CHSLD Sainte-Dorothée ont été, à partir du 13 mars 2020, traités de façon fautive, négligente et non sécuritaire.

Extrait de la demande en recours collectif

Il y a clairement eu une négligence de la part de l’administration de l’établissement, estime Me Ménard lors d'une entrevue avec Radio-Canada. Elle a créé des conditions pour favoriser la propagation rapide du virus.

Le virus s’est vraiment répandu comme une traînée de poudre et ça aurait pu être évité.

L'action collective réclame 1 million de dollars en dommages exemplaires, mais aussi plusieurs dizaines de milliers de dollars pour chaque résident décédé ou vivant du CHSLD de Sainte-Dorothée, y compris ceux qui n'ont pas été infectés par le coronavirus. La somme exigée pourrait donc atteindre plusieurs millions de dollars.

Derrière la réclamation elle-même, le message de fond qu’il faut comprendre c’est que […] l’urgence sanitaire n’excuse pas tout, explique Me Ménard. L’urgence sanitaire n’excuse pas que l’on néglige les droits des personnes les plus vulnérables.

Il faudra d'abord que la Cour supérieure se prononce sur la recevabilité de la demande. Si celle-ci est acceptée, la cause pourra être entendue sur le fond. Mais le processus judiciaire pourrait prendre plusieurs années.

La quasi-totalité des résidents du CHSLD de Sainte-Dorothée sont atteints du nouveau coronavirus. En date de lundi, l'établissement comptait 164 cas de COVID-19 entre ses murs, ainsi que 67 décès. Avec le CHSLD Laurendeau, il s'agit de l'un des foyers pour personnes âgées les plus touchés par la pandémie au Québec.

Avec les informations de Davide Gentile

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !