•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Au Michigan, le mouvement libertarien rage contre le confinement

Le mouvement libertarien est derrière les manifestations, selon les experts.

Une femme tient une affiche

Une manifestante tient une affiche suggérant une comparaison entre la gouverneure de l'État du Michigan, Gretchen Whitmer, et Adolf Hitler.

Photo : Associated Press / Matthew Dae Smith

Thilelli Chouikrat

Au Michigan, des mouvements de contestation des mesures de confinement ont émergé depuis que la gouverneure Gretchen Whitmer a étendu la période d'isolement jusqu'à fin avril.

Le groupe Facebook Michiganders Against Excessive Quarantine s'insurge contre le confinement et la fermeture des commerces. Il demande une relance économique immédiate et menace d'aller manifester de nouveau.

Jeudi, des manifestations ont eu lieu dans la capitale de l'État. Ironiquement, celui-ci est l’un des plus touchés par la pandémie de coronavirus, avec plus de 2300 morts recensés en date de lundi.

Des hommes devant le capitole de l'État tiennent des affiches pro-Trump

Des manifestants durant Operation Gridlock, le mouvement de protestation qui a paralysé la capitale du Michigan jeudi.

Photo : Associated Press / Matthew Dae Smith

Une idéologie libertarienne

Selon Fuyuki Kurasawa, professeur de sociologie à l'Université York de Toronto, le collectif Michiganders Against Excessive Quarantine, créé le 9 avril et qui regroupe plus de 360 000 personnes sur Facebook, fait partie de la mouvance libertarienne.

C'est un groupe qui tente de questionner la raison d'être des mesures de santé publique qui ont été mises en place. (...) Sa revendication principale repose sur la défense des libertés individuelles, explique-t-il.

[Ils] rejettent toute forme d’intervention gouvernementale (...) Et donc [ils ont] la perception que le gouvernement est allé trop loin dans les mesures prises et que ça fait partie d’une situation où l’on veut contrôler davantage la liberté des populations et la mettre en péril, ajoute le professeur.

Selon lui, cette intervention de l’État compromet, aux yeux des adhérents à cette idéologie, les fondements même des États-Unis.

Plusieurs membres du groupe Facebook évoquent d’ailleurs le deuxième amendement de la constitution des États-Unis, une allusion au recours aux armes pour protéger les libertés individuelles.

Selon Pierre Trudel, professeur à la faculté de droit de l’Université de Montréal, cet amendement est souvent associé (...) à cette idée selon laquelle les individus peuvent se défendre eux-mêmes, (...) y compris contre des maladies contagieuses. Mais en-dehors de directives qui proviendraient de l’État ou de dirigeants politiques.

Selon M. Trudel, les libertariens partagent également un scepticisme à l’égard des experts ou des scientifiques. Ce scepticisme leur permettrait notamment de contester la légitimité de mesures que l’on peut juger trop sévères ou injustifiées, explique-t-il. 

C’est une vision très individualiste qui (...) idolâtre les valeurs des libertés individuelles. (....) Le bien commun n'est pas une valeur qui a beaucoup d’importance.

Pierre Trudel, professeur à la faculté de droit de l’Université de Montréal

Cependant, le chercheur rappelle que les médias sociaux offrent une vitrine à des mouvements qui, en fait, sont minoritaires.

Des manifestants devant un immeuble

Les manifestants en ont spécialement contre la gouverneure de l'État du Michigan.

Photo : Associated Press / Matthew Dae Smith

Relancer l’économie

Le groupe de libertariens du Michigan demande notamment de permettre à d'autres entreprises d'ouvrir si elles peuvent s'adapter en toute sécurité à la distanciation sociale et assurer la sécurité des clients.

Ce souhait va à l’encontre des mesures énoncées la semaine dernière par la gouverneure du Michigan, qui restreignent les activités commerciales aux produits de première nécessité.

Le groupe Facebook offre le gabarit d'une lettre pour ceux qui désirent exprimer leur opinion sur le sujet auprès des élus. Dans celle-ci, les membres affirment que considérer les activités d’une entreprise comme essentielles ou non relève d’une appréciation subjective.

M. Kurasawa estime que l’idéologie véhiculée par les groupes libertaires qui contestent le confinement cherchent à miner la légitimité des autorités de santé publique, des sciences biomédicales mais aussi de la gouverneure du Michigan.

Des enfants tiennent des affiches durant une manifestation

Les libertariens prônent les libertés individuelles à tout prix.

Photo : Associated Press / Matthew Dae Smith

Au détriment de la santé publique

Roxane Borgès Da Silva, professeure à l’école de santé publique de l’Université de Montréal, pense que cette revendication pourrait nuire à la lutte contre la propagation du coronavirus.

Selon elle, un déconfinement prématuré pourrait mener à une deuxième vague de contamination. Dans ce contexte, on surcharge le système de soins de santé, les urgences, les hôpitaux, ce qui fait qu'on ne pourrait pas soigner tout le monde, explique-t-elle.

Le groupe Michiganders Against Excessive Quarantine comprend des membres qui affirment travailler dans le secteur de la santé. Plusieurs d’entre eux expliquent que leur activité professionnelle est mise à l’arrêt, une situation qu’ils réprouvent.

Les membres du groupe Michiganders against excessive quarantine n'ont pas répondu à nos sollicitations.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !