•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La prison de Trois-Rivières toujours épargnée par la COVID-19

Une affiche où il est inscrit : Établissement de détention.

Par mesure de sécurité, les nouveaux détenus sont placés en quarantaine quatorze jours avant d'intégrer le reste de la population carcérale.

Photo : Radio-Canada / JEF

Sarah Désilets-Rousseau

Le centre de détention de Trois-Rivières ne rapporte toujours pas de cas de COVID-19 à l'intérieur de ses murs, ni chez les détenus, ni chez les agents correctionnels. Par mesure de sécurité, les nouveaux détenus sont d'ailleurs placés en quarantaine quatorze jours avant d'intégrer le reste de la population carcérale.

Toujours pour éviter la contamination, les peines de prison discontinues sont maintenant purgées à domicile, depuis le 20 mars dernier.

Les personnes condamnées à une peine discontinue n’ont plus à se présenter dans un établissement de détention, explique par courriel Marie-Josée Montminy, relationniste au ministère de la Sécurité publique. C'était là une demande du syndicat des agents correctionnels du Québec, pour éviter la contamination des prisons et protéger les employés.

Les peines discontinues sont purgées de façon intermittente, souvent la fin de semaine, par la personne condamnée pour un crime. Le reste du temps, le détenu est de retour dans la collectivité. Il est possible de purger une peine discontinue lorsqu'une personne est condamnée à une peine de 90 jours ou moins, et pour une raison précise, comme prendre soin d'un enfant ou travailler, indique le ministère fédéral de la Justice.

Le ministère de la Sécurité publique indique que les détenus sont appelés pour s'assurer qu'ils respectent leurs conditions, dont celle de rester à la maison et qu'en l'absence de réponse, un manquement est noté à leur dossier.

D'autres mesures de protection

Depuis le début de la crise actuelle, plusieurs mesures ont été mises en place dans les prisons du Québec, dont celle de Trois-Rivières.

Notamment, les visites aux détenus, de même que les rencontres de soutien des Alcooliques anonymes et des Narcotiques anonymes sont suspendues.

De l'équipement de protection et des masques sont également fournis au personnel, selon le ministère de la Sécurité publique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Coronavirus