•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Cargill suspend la production à son abattoir de High River

Un panneau avec le logo de Cargill.

Les 358 cas annoncés vendredi à l'usine Cargill de High River comptent pour 15 % de la totalité des cas de COVID-19 en Alberta.

Photo :  CBC / Dan McGarvey

Cargill suspend la production à son abattoir de High River en raison d'une éclosion de COVID-19.

La compagnie entame un processus de mise hors service temporaire de ses installations de High River et encourage tous les employés qui y travaillent à se faire tester pour la COVID-19, selon un communiqué.

Cela a été une décision difficile pour notre équipe qui offre un service essentiel et s'engage à fournir de la nourriture aux familles du coin, l'accès aux marchés aux éleveurs et des emplois aux personnes de la région, est-il écrit dans le communiqué.

La production s'arrêtera une fois que la viande déjà présente dans l'usine sera traitée pour éviter tout gaspillage alimentaire. La société traitera le plus rapidement possible environ 3 millions de repas qui sont actuellement dans l’établissement.

On ne sait pas combien de temps l'usine sera fermée ou si les travailleurs seront payés pendant la fermeture.

Plaintes des employés

Les employés de l'établissement accusent l'entreprise d'ignorer les protocoles de distanciation physique.

Un porte-parole de la société, Daniel Sullivan, a déclaré que les services de santé de l'Alberta ont approuvé tous les protocoles mis en place par Cargill, dès la première semaine de mars. 

« Nous avons pris des mesures proactives pour nous concentrer sur la sécurité. Nous avons encouragé les employés à ne pas venir travailler s'ils étaient malades, en offrant jusqu'à 80 heures de congé payé pour des circonstances liées à la COVID », a-t-il déclaré.

« Nous avons également mis en place des mesures de sécurité supplémentaires telles que des prises de température, un nettoyage et une désinfection améliorés, une mise en place de distance supplémentaire entre les postes des employés, une interdiction aux visiteurs, et des pauses échelonnées avec une flexibilité du quart de travail », confie-t-il.

Cela va à l'encontre de ce que plusieurs employés ont confié à CBC|Radio-Canada. Selon eux,les conditions de travail sont exiguës. Certains ont même déclaré que les gestionnaires avaient essayé de les encourager à retourner au travail même s'ils étaient isolés avec des symptômes.

Déclaration la Dre Deena Hinshaw

La médecin hygiéniste en chef de l'Alberta, la Dre Deena Hinshaw, a expliqué que certains facteurs ont contribué à la propagation, comme le fait que les employés continuent de faire du covoiturage pour aller travailler même après l'introduction de certaines mesures de sécurité à l'usine.

Elle a confirmé qu'un travailleur était décédé et a déclaré que 484 cas étaient maintenant liés à l'usine. Du nombre, 360 sont des travailleurs de Cargill, et les 124 autres sont des personnes qui sont entrées en contact avec ces travailleurs. 

Elle a déclaré que bon nombre de ces cas ont probablement été exposés au coronavirus il y a quelques semaines, et que d'autres cas liés devraient être confirmés dans les prochains jours.

L'usine de High River est une installation de transformation du bœuf où 2000 employés traitent 4500 têtes de bétail par jour.

Réactions du NPD

Christina Grey, ancienne ministre du Travail sous le gouvernement néo-démocrate précédent, explique dans un communiqué que cette décision de fermer temporairement l'usine de transformation de la viande de Cargill était attendue depuis longtemps.

Le gouvernement du Parti Conservateur uni a mis beaucoup trop de temps à agir, selon elle.

« Nous demandons également que les deux autres usines de la société (à Brooks et Red Deer) soient temporairement fermées jusqu'à ce qu'une évaluation indépendante des protocoles de sécurité en leur sein puisse être terminée », écrit-elle.

« Nous pensons également que tous les employés de ces trois usines albertaines devraient être testés pour la COVID-19 afin que le traçage approprié de l'infection puisse être effectué afin d’empêcher une nouvelle propagation dans la communauté », ajoute Mme Grey.

De plus, le Nouveau Parti démocratique réclame que les travailleurs de ces usines continuent d'être rémunérés pendant les fermetures.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !