•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Connor Bedard, la prochaine vedette des Pats de Regina et de la WHL

Les Pats de Regina mettront le grappin sur ce joyau

Connor Bedard à l'oeuvre sur la patinoire avec son équipe scolaire de Vancouver.

Au cours des deux dernières saisons, Connor Bedard a marqué 110 buts en 68 matchs.

Photo : Garrett James/CSSHL Media

Avec le tout premier rang du repêchage de la Ligue de hockey junior de l’Ouest (WHL) mercredi, les Pats de Regina jetteront leur dévolu sur Connor Bedard, un attaquant de 14 ans de la Colombie-Britannique au potentiel illimité. Portrait de ce frêle adolescent qui a tous les atouts pour devenir la tête d’affiche de la concession réginoise et même de la WHL.

Connor Bedard est un joueur qui appartient à l’élite. Pour les Pats, c’est énorme d’avoir l’occasion de le repêcher. C'est le genre de joueur qui peut changer le portrait d’une franchise, affirme sans détour Brent Parker, recruteur à l’agence ISS Hockey, qui a jadis été directeur général des Pats de Regina.

Cette saison, le natif de North Vancouver a récolté 84 points, dont 43 buts, ce qui lui a permis de prendre la tête du classement des marqueurs d’une ligue scolaire de l'Ouest canadien réunissant des joueurs de 18 ans et moins.

Connor Bedard, vu par Brent Parker 

Il est très complet, il possède plusieurs qualités, mais l’aspect de son jeu qui me frappe le plus est sa patience avec la rondelle. Il a une excellente vision, et c’est tout un marqueur. Il n’a pas besoin de beaucoup de temps ou d’espace pour lancer. Il décoche vite tout en étant précis. C'est aussi un très bon patineur.

Les recruteurs comme Brent Parker ne tarissent pas d’éloges à l'égard de Connor Bedard, vantant ses qualités de hockeyeurs l’une après l’autre. Mais son agent, Greg Landry, met d'abord l'accent sur ses qualités d’être humain et la qualité de son entourage immédiat.

C'est un jeune homme incroyable doté d’une grande maturité.

Une citation de :Greg Landry, agent à la firme Newport Sports Management

Le mois dernier, Connor Bedard est devenu le premier hockeyeur de l’Ouest canadien, et le septième au pays, à se voir attribuer le statut d’exceptionnel.

Cette récompense, décernée par Hockey Canada, est le fruit d’un processus de plusieurs mois auquel ont aussi participé le clan Bedard, Greg Landry et Hockey Colombie-Britannique.

Notre firme a été fondée en 1981, et c’est la première fois qu’elle se lançait dans un tel processus. Normalement, nous sommes prudents et nous voulons que nos joueurs se développent sans brûler d’étapes. Mais Connor était prêt mentalement et physiquement pour jouer à 15 ans dans la WHL, précise Greg Landry.

Heureux d’aboutir chez les Pats

Au cours de la dernière année, le directeur général des Pats de Regina, John Paddock, a entrepris une opération de séduction auprès de la garde rapprochée de Connor Bedard pour ne pas manquer la chance de mettre la main sur ce diamant brut s’il en avait l’occasion.

Le mois dernier, l’organisation a reçu la confirmation qu'elle misera sur le premier choix de la séance de sélection en sortant gagnante de ce titrage au sort réunissant les clubs qui ont croupi dans les bas-fonds du classement général de la WHL lors de la saison 2019-2020.

Les joueurs des Pats de Regina, forts déçus, saluent la foule après leur défaite en finale de la Coupe Memorial.

Après avoir participé aux finales de la WHL en 2017 et de la Coupe Memorial en 2018, les Pats de Regina ont vécu deux dernières saisons de vaches maigres.

Photo : La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD

Notre agence a une bonne relation avec les Pats, qui ont aligné quelques-uns de nos clients au cours des dernières années. J’ai hâte que les partisans de l’équipe aient la chance de le connaître et de le voir progresser chez eux, dit Greg Landry à propos de celui qui est déjà considéré comme l’un des meilleurs espoirs du repêchage 2023 de la Ligue nationale de hockey.

Connor est vraiment excité d’aboutir à Regina.

Une citation de :Greg Landry, agent de Connor Bedard

Modérer les attentes et assurer sa protection

La perfection n’existe pas, disait le poète et dramaturge français Alfred de Musset.

Cette phrase s’applique à Connor Bedard. Il faut modérer les attentes placées en lui, estiment Greg Landry et Brent Parker. Un jour, il sera un véritable cauchemar pour les défensives adverses tellement il contrôlera le jeu à sa guise. Cela dit, il serait irréaliste de le voir afficher un tel rendement de façon constante dès l’automne 2020.

Les Pats devront faire attention de ne pas le placer trop rapidement dans certaines situations où il est mal à l'aise.

Une citation de :Brent Parker, recruteur d'ISS Hockey

Ils vont devoir bien l’entourer, car tous les joueurs adverses sauront qui il est et vont le surveiller étroitement, affirme le recruteur, qui n’a cependant aucun doute sur le potentiel du joueur qui soufflera ses 15 bougies en juillet.

Brent Parker en entrevue à Radio-Canada au domicile des Pats de Regina.

Brent Parker vante les qualités de Connor Bedard, mais selon lui, les joueurs de 15 ans ne devraient pas jouer dans la WHL (archives).

Photo : Radio-Canada

Bien que le talent lui sorte par les oreilles, Connor Bedard aura fort à prouver dès ses premiers coups de patin dans l’uniforme bleu et blanc, car plusieurs amateurs se demandent comment cet adolescent de 1,73 m pourra survivre soir après soir sur la même patinoire en se mesurant à des rivaux qui ont jusqu’à cinq ans de plus et qui ont une longueur d’avance sur le prodigue en ce qui a trait à la maturité physique.

À cette sempiternelle question, Greg Landry répond que son client a fréquemment affronté des patineurs plus âgés que lui, qu’il fait confiance aux Pats de Regina qui s’assureront de bien protéger leur vedette et que, si la santé ou la sécurité de Connor Bedard avait été à risque, Hockey Canada ne lui aurait jamais permis de sillonner les patinoires de la WHL une année plus tôt.

Connor Bedard en plein contrôle de la rondelle, la tête haute, lors d'un match la saison dernière.

Si Connor Bedard est doué pour déjouer les gardiens, son oncle, Jim, l'est tout autant pour le lui enseigner : Jim Bedard a remporté trois fois la Coupe Stanley comme entraîneur des gardiens des Red Wings de Detroit.

Photo : Garrett James/CSSHL Media

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !