•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Il y a 40 ans, le Canada boycottait les Jeux olympiques d'été de Moscou

    Un poste diffuse une image de l'animateur du Téléjournal Jean Ducharme avec une mortaise où est écrit le mot boycottage plaqué du logo des Jeux olympiques d'été de Moscou.

    Le Canada annonce le 22 avril 1980 qu'il boycottera les Jeux olympiques d'été de Moscou.

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    Le 22 avril 1980, le Canada annonce se joindre au mouvement de boycottage des Jeux olympiques d’été de Moscou. Cette décision souligne les faiblesses du mouvement olympique et provoque aussi de la colère chez plusieurs athlètes qui voient leurs efforts d'entraînement anéantis.

    Une conséquence de l’invasion soviétique de l’Afghanistan

    C’est maintenant officiel, le Canada boycottera les Jeux de Moscou. La prise de décision canadienne a été annoncée cet après-midi par le ministre des Affaires extérieures, monsieur Mark MacGuigan, après plusieurs semaines de délibération.

    Jean Ducharme

    Téléjournal, 22 avril 1980

    C’est par ces phrases que l’animateur du Téléjournal du 22 avril 1980 présente le reportage du correspondant parlementaire à Ottawa Jacques Rivard.

    La décision canadienne de boycotter les XXIIes Jeux olympiques d’été organisés à Moscou est venue dans la foulée de l’invasion de l’Afghanistan par l’Union soviétique en décembre 1979.

    Le président américain Jimmy Carter réplique en soutenant le boycottage de l’événement sportif.

    Le gouvernement de Pierre Elliott Trudeau est initialement réticent à se joindre à l’initiative de l’administration américaine.

    Mais il se ravise quand certains pays, comme la République fédérale allemande, s'unissent au mouvement.

    Le 19 juillet 1980, 50 pays sont absents lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Moscou.

    Parmi les États qui participent au boycottage, plusieurs sont des nations musulmanes qui protestent contre l’invasion de l’Afghanistan, perçue comme une attaque contre l’Islam.

    Un boycottage qui révèle les faiblesses du mouvement olympique

    Hélas oui, je pense que la politique aura finalement raison des Jeux olympiques…

    Guy Pinard

    La proposition de l’administration américaine de boycotter les Jeux de Moscou confirme par ailleurs que c’est la politique, plutôt que les considérations sportives, qui domine le mouvement olympique.

    En 1976, les XXIes Jeux olympiques d’été tenus à Montréal ont été boycottés par une cinquantaine de pays africains qui protestaient contre la présence de l'Afrique du Sud, gouvernée alors par un régime raciste, à l’événement.

    Télémag, 15 janvier 1980

    Le 15 janvier 1980, lors d’une entrevue accordée à l’animateur de l’émission Télémag Pierre Olivier, le journaliste du quotidien La Presse Guy Pinard, qui connaît bien le mouvement olympique, fait une prédiction.

    Il anticipe que la politique provoquera la mort de ce dernier probablement au début des années 1990.

    Après l'invasion de l'Afghanistan, plusieurs ont suggéré que l’organisation des Jeux olympiques de Moscou soit enlevée aux Soviétiques et déménagée à un autre endroit.

    On parlait alors, comme le mentionne l’animateur Pierre Olivier, de transférer les Jeux olympiques de Moscou à Montréal, qui possède les installations nécessaires pour les présenter.

    Guy Pinard ne croit pas du tout à ce scénario. Il rappelle qu’il ne reste que six mois avant la cérémonie d'ouverture.

    Si Montréal dispose des infrastructures pour la tenue des compétitions, reconnaît-il, ce n'est plus le cas pour loger les athlètes.

    Par ailleurs, le personnel pour faire fonctionner l’événement n'existe tout simplement pas.

    Un rêve volé

    La décision du gouvernement fédéral d’adhérer au boycottage des Jeux olympiques de Moscou a grandement déçu plusieurs athlètes canadiens.

    Podium, 22 juillet 2017

    Le 22 juillet 2017, l’émission Podium présentait la réaction de la sprinteuse Chantal Desrosiers à l’annonce de la non-participation du Canada aux Jeux olympiques de Moscou.

    L’athlète, qui a été sélectionnée pour les compétitions de course du 200 mètres et du relais 4 x 100 m, voit disparaître une occasion en or de représenter le Canada.

    La décision canadienne lui a volé son rêve.

    Chantal Desrosiers confie qu’elle était tellement fâchée à l'époque qu’elle n’a même pas regardé la diffusion des Jeux olympiques de Moscou à la télévision.

    Mais Chantal Desrosiers a eu plusieurs années plus tard l’occasion de participer à des Jeux olympiques.

    Elle était employée du comité olympique canadien pour les Jeux d’hiver de Sotchi qui se sont tenus en Russie en 2014.

    Le chef d'équipe Jean-Luc Brassard lui a alors fait une belle surprise.

    Il lui a donné un billet pour assister la cérémonie de clôture des Jeux.

    Une petite compensation qui lui a fait bien plaisir.

    Encore plus de nos archives

    Commentaires fermés

    L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

    Archives

    Sports