•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La bataille pour fabriquer du liquide désinfectant québécois

Une femme âgée se verse du liquide désinfectant sur la main.

Le recours à du liquide désinfectant représente une solution de rechange pratique au lavage des mains avec de l'eau et du savon.

Photo : iStock

Le manufacturier de scellants AdFast commence sa production de masse de liquide désinfectant ces jours-ci pour les hôpitaux et l’industrie de la construction. L’accès aux matières premières en provenance des États-Unis représente cependant un défi, en particulier pour l’éthanol.

Lorsqu’il a lancé l’idée au mois de mars de produire du liquide désinfectant, le PDG d’AdFast, Yves Dandurand, espérait commencer la production autour du 10 avril. C'est cependant plus complexe que prévu. Dû à la pénurie et les retards des matières premières, nous allons débuter la production la semaine du 20 avril, explique-t-il.

Plus 16 000 litres par jour de solution à base d’éthanol, de glycérine et de peroxyde seront produits à l’usine de Montréal. Une alternative au lavage des mains avec de l'eau et du savon.

Un des défis a été de se procurer les matières premières, dont de l’éthanol de qualité, pour fabriquer ces produits. Tout est en pénurie. C’est la bataille pour prendre les plus grandes parts de ce qui est disponible, admet-il.

Chaque pays essaie de protéger ses quantités. Les Américains font de l’obstruction, ils essaient de garder ce qu’ils ont. Ils invitent leurs fournisseurs à répondre aux besoins internes, ajoute-t-il.

Selon Santé Canada, l’éthanol de qualité est devenu une denrée rare. Une demande sans précédent de produits de désinfection des mains a créé des pénuries mondiales d'éthanol de qualité USP et alimentaire, écrit le ministère.

Il faut dire que Statistique Canada a récemment fait état d'une augmentation 639 % des ventes de désinfectants pour les mains à la mi-mars, par rapport à la même période, l'année dernière. Ces pénuries ont conduit à des recherches d'autres types d'éthanol pour la fabrication de désinfectants pour les mains, estime Santé Canada.

Il sourit dans une salle de son usine.

Yves Dandurand est PDG d'AdFast.

Photo : Radio-Canada / Philippe-Antoine Saulnier

M. Dandurand a eu recours à des partenaires, et il a mandaté son équipe de recherche et développement à un projet de purification de l’éthanol fabriqué au Québec.

Nous allons devoir nous questionner sur les causes de cette pénurie d’éthanol de qualité, affirme M. Dandurand. Nous avons de grandes quantités d’éthanol brut fabriqué au Québec et au Canada majoritairement utilisé pour l’essence. La purification de l’éthanol brut doit devenir une plus grande préoccupation pour nos gouvernements et l’industrie de l’éthanol.

Encourager l’achat local

D’autres entrepreneurs à plus petite échelle, comme Louise-Marie Parisien de l’entreprise Eaux St-Léger, s’étonnent aussi des difficultés d’obtenir des matières premières.

J’ai dédié une de mes chaînes de production récemment pour le gel désinfectant. Santé Canada a été très accommodant pour les autorisations. Mais je constate que la plupart des fabricants d’alcool (IPA) sont aux États-Unis. J’ai finalement trouvé un distributeur ontarien et je dois payer d’avance, dit-elle.

Louise-Marie Parisien estime que la pandémie de coronavirus doit entre autres encourager les entrepreneurs à l’achat local.

Entre-temps, Santé Canada a autorisé ces derniers jours le recours à de l’éthanol de qualité inférieure pour la production de liquide désinfectant.

Bien qu’il contienne plus d’impuretés que l’éthanol de qualité alimentaire ou USP, l’éthanol de qualité technique constitue une matière de substitution acceptable pour Santé Canada [...] Santé Canada autorise temporairement l’utilisation d’éthanol de qualité technique dans les désinfectants pour les mains.

52 000 bouteilles pour les hôpitaux

À l’usine, AdFast organise les premières livraisons. Notre première expédition de 16 000 litres de solution Hydro alcoolique ADCLEAN se fera dans les prochains jours, indique M. Dandurand. Nous planifions fournir Sigma Santé pour tous les hôpitaux du Québec.

SigmaSanté est un regroupement d’achats dans le réseau de la santé. Le ministère de la Santé nous a demandé de livrer immédiatement 52 000 bouteilles de liquide désinfectant, précise le PDG.

Yves Dandurand affirme qu’il entend aussi fournir les chantiers de construction. Notre travail ne fait que commencer. Il y aura le retour des travailleurs de la construction qui se plaignaient avant leur départ de ne pas avoir les produits sanitaires sur les chantiers. Nous débutons les discussions avec les plus gros syndicats afin d’organiser la livraison de kits ADCLEAN pour leurs travailleurs dans toutes les régions du Québec, a-t-il affirmé.

L’homme d'affaires envisage aussi de répondre aux besoins des travailleurs dans les épiceries et dans les usines. Selon ce dernier, notre site de commerce en ligne reçoit le double des commandes que nous pourrions produire due à la pénurie d’alcool.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !