•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : le Yukon déclare un cas de plus et ferme ses frontières

Un panneau souhaite la bienvenue au Yukon.

La frontière entre le Yukon et la Colombie-Britannique sur la route Klondike qui relie Whitehorse à Skagway en Alaska.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Un résident de Whitehorse de retour d’un voyage à l’extérieur du Canada a obtenu un résultat positif à un test de dépistage du coronavirus. Ce premier cas de COVID-19 depuis plus d’une semaine porte à 9 le nombre total de cas au Yukon, qui annonce également la fermeture de ses frontières.

Ces 9 cas sont tous reliés à des déplacements à l’extérieur du territoire.

Le médecin hygiéniste en chef, le Dr Brandan Hanley, affirme que ce plus récent cas est en isolement à la maison et se porte bien. Il ajoute par ailleurs que sept des neuf cas sont considérés comme rétablis et qu’aucun cas n’a nécessité de soins à l’hôpital.

« Ce plus récent cas nous rappelle que le Yukon n’est pas épargné par la COVID-19. [...] Il faut présumer que le virus est présent et agir de façon vigilante. » 

Fermeture des frontières aux voyages non essentiels

Le Yukon annonce par ailleurs la fermeture de ses frontières aux voyages non essentiels. Seuls les Yukonnais de retour de voyage, des membres de la famille de Yukonnais en visite ou les travailleurs essentiels seront autorisés par les agents de contrôle à passer la frontière ou sortir de l’aéroport.

Les automobilistes peuvent toujours toutefois traverser le territoire pendant 24 heures en route vers leur destination, comme l’Alaska ou la Colombie-Britannique.

Le premier ministre Sandy Silver affirme qu’il s’agit d’un durcissement de la recommandation faite par le passé parce que certains voyageurs continuent de se rendre au territoire sans raison valable.

« Si vous pensez venir visiter le Yukon, gardez vos plans, mais ne venez pas maintenant, ce n’est pas le moment », dit-il.

Le gouvernement a signé un arrêté ministériel qui assure maintenant aux agents de contrôle le soin de retourner les visiteurs dont les déplacements ne sont pas jugés essentiels.

Sandy Silver s'adresse aux médias derrière un lutrin.

Le premier ministre du Yukon, Sandy Silver.

Photo : Radio-Canada / Matisse Harvey

La nouvelle directive permettra, dit le premier ministre, de s’assurer que « les sacrifices importants des habitants, [dont] les commerces fermés [...] ne sont pas anéantis par des voyages non essentiels ».

Résultats rapides de tests de dépistage à venir

Le médecin hygiéniste en chef du territoire, le Dr Brendan Hanley, annonce par ailleurs que le Yukon entend se munir d’appareils capables d’offrir rapidement des résultats de tests de dépistage.

L’objectif principal est de permettre au personnel médical des hôpitaux de déterminer rapidement si un patient est atteint de la COVID-19 ou non.

Le médecin hygiéniste en chef du Yukon, Brendan Hanley, fait une allocution lors d'un point de presse

Le médecin hygiéniste en chef du Yukon, le Dr Brendan Hanley.

Photo : Radio-Canada / Matisse Harvey

« Malgré que nous ayons une relation efficace et prioritaire pour tous les cas du Yukon [avec le laboratoire en Colombie-Britannique] on a quand même un besoin de temps en temps d’un résultat plus rapide. À l'hôpital, par exemple, en attendant une chirurgie, on peut vérifier si quelqu’un qui a des symptômes apparentés à ceux de la COVID-19 en est vraiment atteint. »

Ces appareils pourront aussi permettre de déterminer si une éclosion est présente dans un établissement.

Selon le nombre d’appareils que le territoire pourra obtenir, les collectivités rurales pourraient recevoir certains de ces appareils.

« On est toujours en discussions avec le gouvernement fédéral pour clarifier combien de machines on peut avoir et si on peut en placer dans les communautés » explique le Dr Brendan Hanley.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !