•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La possibilité d'une reprise des activités économiques en région bien accueillie

Un serveur prend une assiette pour l'apporter à une table dans un restaurant.

Le premier ministre du Québec a évoqué l'idée, vendredi, que certaines activités économiques pourraient reprendre dans certaines régions du Québec.

Photo : Radio-Canada / Ariane Perron-Langlois

Le premier ministre François Legault a évoqué la possibilité d'une reprise prochaine des activités économiques dans la majorité des régions du Québec lors de son point de presse quotidien vendredi. Cette nouvelle semble bien accueillie au Bas-Saint-Laurent.

Le premier ministre québécois a dit que le gouvernement étudiait la question avec les autorités de la santé publique.

Il n’a toutefois pas fixé une date précise pour la reprise des activités qui, jusqu'ici, étaient considérées comme non essentielles.

Francois Legault a expliqué qu'il envisage une telle réouverture dans les régions, car il juge que la situation est plutôt maîtrisée à l'extérieur du grand Montréal et des régions de la Mauricie et de l'Estrie.

Avec le docteur Arruda, on est en train de regarder pour rouvrir ces régions-là d'une façon intelligente, d'une façon graduelle [...] pour être certain qu'il n'y a pas une nouvelle vague.

François Legault, premier ministre du Québec

Le premier ministre a précisé que la reprise des activités toucherait les entreprises et non les institutions scolaires.

Une possibilité bien accueillie dans la région

Le maire de Rimouski, Marc Parent, salue l'ouverture du premier ministre au sujet d’une reprise prochaine des activités économiques. Il indique, par contre, qu'il vaut mieux rester prudent.

C’est une bonne nouvelle, mais comme je le disais, il faut le faire, mais il faut bien le faire. Et moi, je pense que ça passe vraiment par l’établissement de normes provinciales qui viendront encadrer [la reprise des activités économiques], soutient-il.

En point de presse vendredi, le maire Parent a même évoqué l'idée de créer une certification pour les entreprises qui suivent les recommandations du gouvernement en matière d'hygiène et de prévention.

Un garagiste travaille sur des pneus.

Certains commerces comme les garages et les pépinières ont été ajoutés à la liste des services essentiels cette semaine et ont eu le feu vert pour reprendre leurs activités.

Photo : Radio-Canada / Marie-Christine Rioux

Le directeur général de la Chambre de commerce et de l’industrie de Rimouski-Neigette, Jonathan Laterreur, partage les sentiments du maire de Rimouski.

On est vraiment très très très excités par cette nouvelle-là. C’est sûr qu’il est extrêmement important pour nous de continuer à encourager les gens à appliquer les mesures le plus possible.

Jonathan Laterreur, directeur général de la Chambre de commerce et de l’industrie de Rimouski-Neigette

Selon M. Laterreur, à partir du moment où on va pouvoir ouvrir un peu l'économie ici, à l'intérieur des frontières du Bas-Saint-Laurent, ça va être de plus en plus important de redoubler d’efforts pour être sûrs et certains qu’il n’y ait aucune transmission possible.

La mairesse de Rivière-du-Loup, Sylvie Vignet, abonde dans le même sens. Elle dit attendre avec impatience les détails des intentions gouvernementales.

Il est positif d’entendre ce discours [du premier ministre]. C’est l’espoir d’un retour à une certaine normalité. [...] Il faudra le faire intelligemment, mais on est prêts.

Sylvie Vignet, mairesse de Rivière-du-Loup

La mairesse y voit un espoir d'un retour à une certaine normalité.

D'après les informations de Denis Leduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Coronavirus