•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ariane Moffatt et son collectif SOMMM offrent du printemps pendant le confinement

Ariane Moffatt et Étienne Dupuis-Cloutier sont devant un faux décor de coucher de soleil.

SOMMM (Ariane Moffatt et Étienne Dupuis-Cloutier) pour leur premier album homonyme

Photo : Alex Blouin & Jodi Heartz

Radio-Canada

Un événement de lancement devait avoir lieu vendredi, avec un concert en prime, sauf que dans un monde où les rassemblements sont choses du passé ou du futur, mais pas du présent, ce plan est tombé à l’eau comme tant d’autres. Qu’à cela ne tienne, le printemps saura tout de même vibrer au son du premier album du collectif SOMMM, une collaboration d’Ariane Moffatt, Étienne Dupuis-Cloutier (D R M S) et plusieurs autres artistes du Québec.

Des chansons à la pièce sont sorties au cours des derniers mois, mais le groupe a désormais réuni huit titres sous un même album, SOMMM, offert en primeur sur ICI Musique (Nouvelle fenêtre).

Unis, mais éclatés

Tels deux côtés d’un triangle en quête d’un troisième pour se compléter, Ariane Moffatt et Étienne Dupuis-Cloutier ont été les bases accueillant un ou une autre artiste, le temps d’une chanson.

Ont donc collaboré tour à tour Fouki, LaF, Rosie Valland, Maky Lavender, Ruffsound, Clay and Friends et Marie-Pierre Arthur. On trouve donc sur l'album des univers éclatés, mais unis : qu’on verse dans l’électro ou le hip-hop, les pièces ont en commun une pop printanière avec un bon groove.

Une mosaïque de photo de toutes les personnes qu'on peut entendre sur l'album.

Des artistes de plusieurs horizons ont collaboré, mais dans la pop de SOMMM, le tout demeure cohérent.

Photo : montage d'égoportrait des artistes ayant participé à «SOMMM»

On savait qu’on voulait des gens qui nous inspirent, de qui on est curieux. Au final, ça donne un line-up qui, oui, est différent, mais qui reste dans une mouvance assez actuelle, explique Ariane Moffatt, en entrevue avec la chroniqueuse culturelle du 15-18, Catherine Richer.

Le but était aussi de décloisonner les styles. Aujourd’hui, la pop, c’est la pop. C’est sûr qu’il va y avoir la présence du hip-hop pas loin, ajoute l’auteure-compositrice-interprète.

SOMMM, au gré des envies

À la base, SOMMM ne devait pas mener à la création d'un album, et n'était pas même un collectif.

Au départ, c’était une rencontre simple d’une journée entre Étienne et moi pour provoquer un peu une création, raconte Ariane Moffatt.

D’une chanson presque finie est née l’idée – toujours organique – de mettre à l’épreuve cette collaboration. Le duo s’est emballé et a décidé d’aller à la rencontre d’autres artistes, de créer un collectif, un microalbum, puis un album qui sort aujourd’hui.

Les choses se sont passées en un an, mais vraiment étape par étape, de façon spontanée, précise Étienne Dupuis-Cloutier.

Ce qui a guidé les deux artistes dans l’aventure? Le plaisir. Ce plaisir de s’ouvrir, de se pitcher aveuglément à la rencontre de gens qu’on connaît à peine, pour un même but : c’est de sortir de là avec une expérience de création qui nous enrichit tous, explique Ariane Moffatt avec enthousiasme.

La COVID-19 non intentionnelle

Pandémie oblige, il a fallu trancher : doit-on sortir l’album en plein confinement ou remettre sa sortie à plus tard?

C’est sûr qu’on s’est posé deux ou trois questions, raconte Ariane Moffatt. On avait beaucoup l’impression qu’il ne manquait pas de sens au fait d’arriver avec un album qui est très printanier dans un moment où les gens ont besoin, je pense, de "groover" un petit peu, d’avoir du soleil.

L’album est ancré dans notre nouvelle ère de par son travail de mixage, qui a dû se faire à distance. Aussi, certaines paroles viennent frapper l’imaginaire pandémique. Les artistes ont d’ailleurs eu la surprise de réaliser à quel point certains passages résonnaient avec la crise, que ce soit avec les titres Le ciel s’est renversé ou Get Well Soon, ou encore les mots « C’est de la folie, ici », qu’on peut entendre sur Chérie.

Plus on avançait, plus on plongeait dans les chansons, plus on se disait : “Ayoye! Cette chanson-là, c’est vrai, hein, c’est contextuel!” se rappelle Étienne Dupuis-Cloutier.

Ces raisons ont toutes fait ressortir la pertinence de lancer l’album malgré tout. Selon Ariane Moffatt, il s’agit même d’un geste chargé de sens.

Il y a quelque chose d’un peu politique dans le fait que les créateurs doivent continuer ce qu’ils ont à faire, doivent continuer de faire du bien, mais aussi de rester actifs! Ça fait partie de la santé mentale, ça fait partie d’une forme d’adrénaline de vie, d’une libido, de créer et d’aller encore à la rencontre de ceux qui ont envie de nous entendre, dit-elle.

Avis d'ailleurs aux fans, une séance d’écoute interactive aura lieu le 24 avril à 20 h, sur le compte Facebook et Instagram de SOMMM. Tous les artistes ayant participé à l’album seront de la partie pour écouter l'album, le commenter, échanger avec les internautes et répondre à leurs questions en direct. Une occasion parmi tant d’autres de se réunir à distance, grâce à l’art.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !