•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les cas de COVID-19 « en déclin » en C.-B., révèlent les autorités sanitaires

La médecin hygiéniste en chef de la C.-B., Bonnie Henry, devant un graphique projet à l'écran derrière elle.

La médecin hygiéniste en chef de la C.-B., Bonnie Henry, présente la plus récente modélisation de l’épidémie de COVID-19.

Photo : Mike McArthur/CBC

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le nombre de cas a « atteint un plateau et commencé à décliner » en Colombie-Britannique, révèle la dernière modélisation de l’épidémie de COVID-19, présentée vendredi par les autorités de santé publique.

Les mesures qu’on a prises ont fonctionné, affirme la médecin hygiéniste en chef de la province, la Dre Bonnie Henry. Mais nous avons encore un certain nombre d’éclosions. Nous ne sommes pas tirés d’affaire.

La Dre Henry a ouvert très timidement la porte à un relâchement graduel de certaines mesures de distanciation sociale à partir de la mi-mai. Si tout se passe bien et que l’on continue à voir cette baisse constante [des cas et des hospitalisations] sans nouvelles éclosions, nous avons le potentiel de lever les restrictions avec le temps.

Mais nous ne sommes pas actuellement en dehors de la période où nous devons maintenir ces mesures, a-t-elle ajouté. Mercredi, Bonnie Henry avait déjà déclaré ne pas croire à un retour à la normale, même partiel, au mois d’avril.

Une courbe similaire à la Corée du Sud

La modélisation montre que la province suit une courbe épidémiologique relativement similaire à celle de la Corée du Sud, qui a rapidement contrôlé une explosion précoce de cas de COVID-19, notamment grâce à une stratégie de dépistage massive.

La Colombie-Britannique est largement en dessous des niveaux observés dans le nord de l’Italie, expliquent les autorités.

Graphique représentant les cas rééls en Colombie-Britannique comparés aux scénarios de trois autres régions (rapportés à l'échelle de la province).

Cas rééls en Colombie-Britannique comparés aux scénarios de trois autres régions (rapportés à l'échelle de la province).

Photo : Radio-Canada

Le 27 mars, une première modélisation dévoilée par les autorités sanitaires comparait la Colombie-Britannique à trois scénarios : ceux de la province de Hubei, en Chine, où a commencé la pandémie, du nord de l’Italie, l’un des endroits dans le monde les plus touchés par le coronavirus, et de la Corée du Sud.

Elle suggérait que les mesures de distanciation sociale commençaient à avoir un impact dans la province, mais ce n’était pas alors garanti, précise le ministère de la Santé.

Lits inoccupés dans les hôpitaux

L'une des conséquences heureuses d’une préparation pour le pire est que le taux d’occupation des lits en unité de soins intensifs reste bas, notamment en raison de l’annulation d'opérations chirurgicales non urgentes.

À l’échelle de la province, 45 % de ces lits sont actuellement occupés.

Ce sont les personnes les plus âgées qui sont les plus touchées par l’épidémie.

Selon des statistiques du 14 avril, l’âge médian des personnes hospitalisées est de 68 ans. Celui des personnes décédées est de 86 ans.

Cela reflète la gravité de la maladie chez nos aînés, et les éclosions dans les centres de soins de longue durée, explique la Dre Henry.

Jeudi, il y avait 26 centres de soins touchés par la COVID-19 en Colombie-Britannique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !