•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Parachuter des spécialistes dans les CHSLD n’est pas la solution, selon des médecins

La Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) a par ailleurs nié que ses membres soient en passe de gagner plus de 200 $ l’heure, comme il a été rapporté, pour donner un coup de main dans les CHSLD.

Haut de corps d'un médecin portant un stéthoscope autour de son cou.

Les médecins spécialistes ont été appelés en renfort dans les CHSLD par le gouvernement Legault.

Photo : Radio-Canada / David Donnelly

Radio-Canada

« Je pense que nos compétences sont bien mal utilisées », dit la Dre Marion L'Espérance. La chirurgienne à l’Hôpital de Sept-Îles est prête à aider dans les CHSLD, mais elle rappelle que les médecins spécialistes devront bientôt commencer à réopérer des patients.

Il y a des chirurgies qu’on a reportées de quatre à six semaines, mais là on se doit de recommencer à faire des chirurgies, mais aussi du dépistage, explique-t-elle. Mme L'Espérance affirme qu'en raison de la réduction des services dans les hôpitaux, des cancers ne sont plus diagnostiqués. Ça, c’est l’inquiétude, ajoute-t-elle.

Chirurgien à l'Hôpital Notre-Dame de Montréal, Stanley Vollant abonde dans le même sens. Si tous les chirurgiens ou anesthésistes tombent malades, on va être dans le trouble. Il faut faire attention, prévient-il.

Il répond aux questions d'un journaliste devant son hôpital.

Stanley Vollant est prêt à aider en CHSLD, mais il n'a pas beaucoup apprécié le ton de François Legault en conférence de presse mercredi.

Photo : Radio-Canada

Pour beaucoup de professionnels de la santé, les médecins spécialistes n’ont pas la formation requise pour travailler en CHSLD. Ils devront donc être formés pour être efficaces sur le terrain.

Ça doit faire 10 ans que je n'ai pas installé une intraveineuse.

Dre Amélie Foucault

Je n'ai aucune idée de comment déplacer un patient de façon sécuritaire, je ne peux pas remplacer une infirmière du tout, soutient la médecin spécialiste Amélie Foucault.

Selon elle, ces décisions ont été prises sans prendre en compte les besoins des gens sur le terrain, mais elle insiste, comme la majorité de ses collègues, pour dire qu’elle est prête à aider si besoin est.

Ils ne recevront pas 211 $ l'heure

La Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) a nié qu'en vertu d'un accord avec le gouvernement, ses membres soient en passe de gagner plus de 200 $ l’heure pour donner un coup de main dans les CHSLD.

L’entente alternative de rémunération pendant la [COVID-19] n’a pas été prévue pour le travail des médecins spécialistes en CHSLD, a assuré dans un courriel Jacques Tétrault, directeur des communications de la FMSQ. Le premier ministre et la présidente de la FMSQ ont convenu [jeudi] que la question de la rémunération serait réglée plus tard.

Entre-temps, les médecins spécialistes vont s’employer à sauver des vies, a ajouté M. Tétrault.

La Dre Mélissa Ranger, qui se remet d’une infection à la COVID-19, a aussi proposé d’aller travailler dans les CHSLD de manière bénévole. Elle pense toutefois que cette demande du gouvernement est une mauvaise utilisation des ressources.

Les soins infirmiers, c’est des compétences que nous ne possédons pas [...] Ça serait beaucoup plus utile d’envoyer nos étudiants qui ont déjà manifesté leur intérêt pour pouvoir occasionner ces tâches, croit l’urgentologue spécialiste.

Gériatre à l’Hôpital Pierre-Le Gardeur, la Dre Annik Dupras demande également au gouvernement de François Legault d’utiliser les ressources à la bonne place.

Je ne vois pas quel bénéfice on a à parachuter des intervenants qui ne sont pas qualifiés comme les médecins spécialistes.

Dre Annik Dupras, gériatre à l’Hôpital Pierre-Le Gardeur

Selon la médecin qui travaille auprès des personnes âgées à Terrebonne, le gouvernement devrait plutôt faire appel aux aidants naturels.

On gère des personnes humaines qui ont besoin d’un contact familier, on est mieux de les remplacer par des gens qu’ils connaissent et qui font partie des plans d’intervention. Les aidants naturels sont les plus compétents, estime-t-elle.

À Montréal, le recours aux proches aidants dans les CHSLD a été reporté de quelques jours. Les aidants ne pourront pas non plus rentrer dans les zones chaudes, où il y a des éclosions de COVID-19.

Avec des informations de Mathieu Belhumeur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !