•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Renfort en santé : les techniciens en éducation spécialisée pourront contribuer

Une infirmière qui porte des gants de caoutchouc joint ses mains derrière son dos.

Des employés du milieu de l'éducation pourront travailler en santé, mais les tâches qu'ils effectueront ne sont pas encore confirmées.

Photo : Associated Press / Tim Tai

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les commissions scolaires ont commencé à communiquer avec les techniciens en éducation spécialisée et les préposés aux élèves handicapés pour les informer qu’ils peuvent se porter volontaires pour travailler dans le réseau de la santé. Plusieurs d'entre eux travaillent présentement comme éducateurs dans les services de garde d’urgence.

Ceux qui travaillent déjà dans les écoles pourraient avoir du temps pour travailler en santé, puisque l'horaire fonctionne par rotation parmi les employés disponibles.

Les professeurs et le personnel de soutien, c'est en cours actuellement. Les liens sont faits au niveau régional avec les établissements d'enseignement et il y a différentes initiatives qui sont prises, alors ça, c'est vraiment en cours, a déclaré la ministre de la Santé, Danielle McCann, lors du point de presse du gouvernement jeudi.

Selon Dominic Latouche, président du Syndicat du personnel de soutien de la Commission scolaire des Premières-Seigneuries, l’appel a bel et bien été entendu.

Cependant, il estime que ses membres manquent de détails pour prendre une décision éclairée.

C’est quoi le travail qui sera fait, et où, qui va les appeler? Pour le moment, on ne sait pas, déplore-t-il.

Dominic Latouche, assis, devant une caméra, dans une pièce d'une maison.

Dominic Latouche estime que les membres de son syndicat se retrouvent malgré tout devant de l'incertitude.

Photo : Radio-Canada

M. Latouche souligne que, sur les quelque 250 techniciens qu’il représente, plusieurs voudront contribuer pendant la crise sanitaire. Sauf que, selon lui, le milieu de la santé pourrait en accueillir encore plus si l’information était plus précise.

Si tu demandes à quelqu’un un coup de main, mais que je vais te dire tantôt c’est quoi tu feras, ça crée de l’incertitude, fait-il valoir.

Y aura-t-il de l’équipement?

La question de l’équipement disponible pour les employés est l'une des principales posées par les techniciens et les préposés en éducation, comme l’explique Dominic Latouche.

Jeudi, en point de presse, le premier ministre François Legault a dit comprendre ce genre d’inquiétudes. Il a ajouté que des formations et des explications seront offertes aux employés en temps et lieu.

François Legault en conférence de presse.

François Legault jeudi après-midi

Photo : Radio-Canada

Ce n’est pas la première fois que le gouvernement mentionne que le milieu de l’éducation sera appelé à aider en santé. L’arrêté ministériel sur la question a été publié vendredi dernier.

Dans une formule questions et réponses sur son site web, la Fédération du personnel de soutien scolaire confirme que les employés volontaires recevront une prime s’ils travaillent en santé.

Des dispositions sont également en place s’ils effectuent des heures supplémentaires. Ils sont assurés de conserver leur lien d’emploi dans le milieu de l’éducation même s'ils vont contribuer en santé.

Ces deux professions ne seront d'ailleurs pas les seules à passer de l'éducation à la santé. La ministre Danielle McCann a souligné que certains professeurs, notamment du secteur de la formation professionnelle, qui sont formés en santé, pourront aussi contribuer.

Dans tous les cas, un accompagnement est prévu dès leur arrivée dans le milieu de la santé. On n’envoie pas quelqu'un à froid comme ça, ou à chaud. On va former ces personnes avec des capsules qui ont été préparées pour cette clientèle, a-t-elle affirmé jeudi.

Avec les informations de Pierre-Alexandre Bolduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !