•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Aquarium de Vancouver pourrait fermer ses portes sans aide financière

Un employé de l'Aquarium de Vancouver nourrit un phoque.

Malgré la pandémie, il faut continuer de s'occuper des animaux.

Photo : Aquarium de Vancouver

Radio-Canada

L’Aquarium de Vancouver pourrait être forcé de fermer ses portes en permanence d’ici quelques mois sans aide financière, dit le PDG de l’établissement, Lasse Gustavsson.

L’établissement du parc Stanley a perdu plus de 3 millions de dollars de revenus depuis sa fermeture, le 17 mars en raison de la pandémie. Avec de telles pertes, les réserves financières de l’aquarium seront épuisées d’ici l’été.

À mon avis, on ne peut pas faire des économies supplémentaires en ce moment, dit le PDG d’Ocean Wise, l’organisme qui gère l’aquarium. Depuis trois ou quatre semaines, on fait notre possible pour réduire nos services.

L’Aquarium de Vancouver, le premier aquarium public au pays, a ouvert ses portes en 1956. L’organisme à but non lucratif dépend des revenus des visites publiques plutôt que de l’aide gouvernementale. Les visiteurs apportent 3,3 millions de dollars chaque mois dans les coffres de l'Aquarium, selon M. Gustavsson, une source de revenus qui a été éliminée par la pandémie.

L’Association de conservation Ocean Wise, a licencié 60 % de ses employés, soit environ 340 personnes, dès qu'elle a dû fermer ses portes aux visiteurs au mois de mars. Le personnel restant, dit M. Gustavsson, travaille à temps partiel. Les membres de la direction ont également subi une baisse de salaire.

Nous avons réduit tout ce que nous avons pu, dit M. Gustavsson. Nous économisons aussi sur les coûts de l’électricité, de l’eau, du nettoyage.

L’association affirme que nourrir et soigner les 70 000 animaux de l’aquarium coûte 1 million de dollars par mois. Ocean Wise a donc demandé de l’aide financière d’urgence des gouvernements fédéral, provincial et municipal, mais n’a pas encore reçu de réponse de leur part.

M. Gustavsson affirme que l’Àquarium se prépare au pire sans aide, soit la possibilité de faire faillite.

Même une fermeture permanente entraînerait des coûts, dont ceux du transfert des animaux ailleurs, ce qui, selon M. Gustavsson, serait compliqué en raison de la pandémie.

Avec les informations de Meera Bains

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !