•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des séances de « cardio-balcon musical » maintenant offertes aux aînés gaspésiens

Les séances extérieures allient activité physique, musique et chanson pour briser l'isolement des aînés confinés, tout en respectant la distanciation physique.

La kinésiologue, de dos, bras levés, fait face à des aînés en mouvement sur leur balcon.

Une kinésiologue anime la séance de «cardio-balcon musical» à l'aide d'un micro et de haut-parleurs.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Les résidences privées pour aînés de la Gaspésie peuvent maintenant faire appel à l'Organisme gaspésien des personnes atteintes de cancer (OGPAC) pour animer gratuitement des séances extérieures de « cardio-balcon musical » visant à égayer le quotidien des personnes âgées confinées.

Mercredi après-midi, les 27 aînés de la résidence Gilker de New Carlisle ont bougé, dansé et chanté ensemble, sur leur balcon respectif. Ce sont les premiers aînés gaspésiens à avoir vécu l'expérience du « cardio-balcon musical », mais certainement pas les derniers.

Une résidente le bras levé

Cette résidente a participé activement à la séance de «cardio-balcon musical» de l'OGPAC.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Au son de grands succès musicaux, comme Agadou dou dou ou La dame en bleu, ils ont suivi les mouvements de la kinésiologue Manon Lebrun. Ils se sont même offert un karaoké collectif sur la chanson Ma mère chantait.

C’est une séance de 30 minutes pour échauffer les corps et les cœurs.

Une citation de :Manon Lebrun, kinésiologue
Manon Lebrun en animation de la séance

«On veut apporter un peu de soleil, indique la kinésiologue Manon Lebrun. Quand on vit des moments difficiles, la moindre chose nous touche, le moindre geste. On veut dire aux aînés qu'on est là et qu'on ne les oublie pas.»

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

L’activité permet de faire bouger les aînés, mais surtout de briser leur isolement en période de confinement.

On veut que ça leur donne un peu d'espoir pour continuer, indique la coordonnatrice des saines habitudes de vie à l’OGPAC, Cindy Bujold, parce qu'on sait que le confinement est prolongé. On veut vraiment que ça leur fasse une belle journée et que ça leur donner une dose d'énergie pour la semaine.

Cindy Bujold photographiée devant la résidence pour aînés

La coordonnatrice aux saines habitudes de vie de l'OGPAC, Cindy Bujold, estime que l'activité permet de faire bouger les aînés tous en brisant l'isolement.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

L’OGPAC travaillait depuis quelques mois à développer des activités de sensibilisation aux saines habitudes de vie et planifiait élargir son mandat au-delà des personnes touchées par le cancer. La pandémie aura précipité les choses et provoqué la création des « cardio-balcon musicaux ».

C'est vraiment le soutien moral qui est super important. De savoir qu'on n'est pas tout seul finalement, qu'on est seuls, mais tous ensemble.

Une citation de :Cindy Bujold, coordonnatrice des saines habitudes de vie, OGPAC

La formule est d’abord testée dans la Baie-des-Chaleurs, mais la volonté de l’OGPAG est d’offrir le service dans toutes les résidences privées de la péninsule qui souhaitent l'obtenir, à condition qu’elles soient munies de balcons ou d’entrées privées afin d’offrir l’activité en respectant les mesures de distanciation physique.

On aimerait vraiment que ça s'étende à la grandeur de la Gaspésie, indique Mme Bujold. Tous les propriétaires des résidences privées peuvent nous appeler pour qu'on aille chez eux, essayer d'égayer la journée des résidents.

Une dame assise avec une marchette

Certains aînés moins mobiles ont tout de même pris part à l'activité en demeurant assis, mais en bougeant les pieds et les mains.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Des aînés émus

La résidente Johanne Savoie peinait à contenir ses larmes à la fin de l’activité, touchée d’avoir vu les autres résidents sur leur balcon.

Avec le confinement, on est coupé des gens, on ne peut plus se voir, alors qu’on est habitué de manger ensemble tous les jours, c’est ma deuxième famille. De voir que tout le monde s'est rassemblé ici aujourd'hui, vraiment, ça touche, dit-elle en refoulant un sanglot. Mais ça va bien aller, enchaîne-t-elle en précisant que l’activité va lui donner une bonne dose d’énergie pour plusieurs jours encore.

La résidente Johanne Savoie en mouvements

Johanne Savoie a été très touchée par l'activité offerte par l'OGPAC.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

La directrice générale de la résidence Gilker, Hélène Chouinard, accueille avec reconnaissance cette initiative de l’OGPAC, car le moral de ses résidents est à plat.

C'est difficile, indique Mme Chouinard, ils sont inquiets, les gens veulent savoir combien de temps le confinement va durer, mais on ne le sait pas. Ils s'ennuient de leur famille.

C'est un baume sur ce qu'on vit présentement, c'est extraordinaire parce qu'on sent que les gens sont derrière nous.

Une citation de :Hélène Chouinard, directrice générale de la résidence Gilker
La devanture de la résidence Gilker

La résidence Gilker de New Carlisle a été le premier milieu de vie pour aînés visité par l'OGPAC.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

L’OGPAC affirme qu'elle travaille à trouver les ressources financières pour visiter les résidences participantes à plusieurs reprises. L'organisme avance déjà que les « cardio-balcon musicaux » pourraient perdurer après le confinement, comme quoi la pandémie engendre aussi des initiatives positives.

La musique, la danse, le cardio et le plein air, c'est vraiment une recette gagnante pour tout le monde, affirme Cindy Bujold, surtout pour les personnes âgées afin qu’elles puissent bouger davantage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !