•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Si on nous force à faire des mises à pied, nous devrons en faire » – Brian Pallister

Le Premier ministre du Manitoba, Brian Pallister.

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, veut réduire la semaine de travail de certains employés de l'État afin de rediriger des fonds vers la lutte contre la propagation de la COVID-19.

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Radio-Canada

Le dialogue avec les syndicats et le gouvernement fédéral concernant la réduction de la semaine de travail de certains fonctionnaires se poursuit, a indiqué le premier ministre Brian Pallister dans un point de presse jeudi matin.

Il y a encore des choses à voir pour déterminer quels sont les employés essentiels et quels sont ceux qui ne le sont pas à l’heure actuelle, affirme le premier ministre.

Cette mesure de semaine de travail réduite, annoncée mardi par Brian Pallister, n’a pas fait l’unanimité. Le principal syndicat des fonctionnaires manitobains, le MGEU, a affirmé être sorti de sa réunion avec le premier ministre « très préoccupé » à ce sujet, mardi.

Le premier ministre propose de réduire à deux jours par semaine, par exemple, le travail de certains employés de la fonction publique, afin de rediriger des fonds vers la lutte contre la propagation de la COVID-19.

Brian Pallister a dit mardi qu’il souhaitait que les règles de l’assurance-emploi ou d’autres programmes gérés par le gouvernement fédéral permettent aux employés touchés d’être admissibles à de l’aide financière pour le reste de la semaine.

Les programmes d’assurance emploi sont financés par les employeurs et les employés, a ajouté le premier ministre jeudi. Le Manitoba [en tant qu’employeur NDLR] a payé plus de 2 milliards de dollars pour ce programme au cours des 10 dernières années. Nous voulons l’utiliser de façon créative pour ne pas mettre à pied notre personnel.

Mais, pour être francs, si les syndicats et le gouvernement fédéral nous forcent à faire des mises à pied, nous devrons en faire, ajoute-t-il.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !