•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Les anges gardiens dans nos archives

En 1997, le préposé à l'entretien à domicile Marc Legault nettoie un réfrigérateur.

Ceux et celles qu'on appelle des anges gardiens dans nos sociétés existaient avant même la pandémie de COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La pandémie de COVID-19 met en relief le rôle essentiel de ceux et celles qu’on appelle désormais les anges gardiens de notre société. Voici trois reportages de nos archives qui montrent le dévouement de ces derniers, et cela, bien avant que la maladie n’éclose.

Des anges en bicyclette

Le 18 octobre 2018, Martin Ouellet, réalisateur web de l’émission ICI Grand Montréal, nous présente Frédéric Gauthier.

ICI Grand Montréal, 18 octobre 2018

Le camionneur Frédéric Gauthier a subi il y a quelques années un grave accident de travail qui lui a fait perdre ses deux yeux.

Même aveugle, il continue d’être un sportif enthousiaste et n'a pas cessé de pratiquer avec ferveur la bicyclette.

Rendu invalide, Frédéric Gauthier s’est demandé comment il pourrait concilier son amour du vélo avec son désir de contribuer à la société.

Sa réponse a été de devenir bénévole pour la Popote roulante.

Cette association se consacre à fournir à des personnes en perte d’autonomie des repas sains et équilibrés.

Le rôle de Frédéric Gauthier est d’aller livrer ces repas en vélo accompagné d’une guide, Lucile Lebihain, qui l’assiste pour parcourir les rues de Montréal.

Un ange de la propreté

Téléjournal, 17 septembre 1997

La journaliste Louise Beaudoin, pour sa part, nous présente Marc Legault au Téléjournal du17 septembre 1997.

Marc Legault complète le travail effectué par Frédéric Gauthier et Lucile Lebihain auprès des personnes en perte d’autonomie.

Il travaille à temps plein d’un logement à un autre pour Plumeau, chiffon et cie.

L’organisme s'occupe d’entretien ménager pour ceux et celles qui ne peuvent plus le faire.

Sans le labeur de Marc Legault, des personnes semi-autonomes, comme Gilberte Nadeau, ne pourraient rester chez elles.

En 1997, Marc Legault fait un travail qui est modestement rémunéré à 8 $ par heure.

Mais l’homme qui auparavant était bénéficiaire de l’aide sociale s’avoue content et fier de gagner sa croûte de cette manière.

Un ange dans un CHSLD

Téléjournal Québec, 10 novembre 2015

Le 10 novembre 2015, la journaliste Guylaine Bussière, dans son reportage au Téléjournal Québec, nous présente Suzie Martel, préposée aux bénéficiaires dans le Centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) de Loretteville.

Ce travail de préposée, Suzie Martel le fait depuis 27 ans.

Comme ses confrères et consœurs, elle est confrontée à des patients qui nécessitent de plus en plus de soins, alors que les effectifs de personnel n’ont pas augmenté.

En 2015, à l’étage où travaille Suzie Martel, il y a le jour quatre préposés pour s'occuper de 29 patients. La nuit, ce chiffre est réduit à un.

La préposée constate qu’elle doit donner trop souvent des soins très rapidement, ce qui la frustre quelque peu.

Elle estime par ailleurs que le salaire n’est pas très élevé quand on considère l’ampleur de leurs tâches dans une journée.

Ces anges gardiens d'hier et d'aujourd'hui contribuent grandement au bien-être de notre société.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.