•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La reconversion professionnelle durant la pandémie

Un homme assis devant un ordinateur portable.

En tout, 82 % des personnes qui ont suivi une formation de codage à Ligthouse Labs poursuivent une carrière dans le développement de logiciels.

Photo : Courtoisie de Lighthouse Labs

Plusieurs écoles de formation continue offrent des bourses aux personnes qui veulent changer de carrière après avoir perdu leur emploi à cause de la COVID-19.

C’est le cas de l’école de codage Lighthouse Labs, qui a six centres de formation, dont un à Calgary. Les personnes admises dans un de ses programmes en nouvelle technologie recevront une bourse de 5000 $.

Son président-directeur général, Jeremy Shaki, explique que, lorsque les travailleurs ont une carrière stable, mais n’en sont pas satisfaits, ils hésitent à se lancer dans une nouvelle profession à cause de la peur de l’inconnu. Les clients qui viennent chez nous pensent depuis un an ou deux à changer de carrière, ajoute M. Shaki.

Nous voulons donner une bourse pour offrir plus d'accessibilité aux personnes qui ont perdu leur travail.

Jeremy Shaki, PDG, Lighthouse Labs

Il croit que les circonstances exceptionnelles que provoque la pandémie, comme l'obligation de rester chez soi ou encore la fermeture de nombreux commerces, permettent aux chômeurs de la COVID-19 de réfléchir à leurs ambitions professionnelles et de faire des choix.

De plus, depuis que le centre offre une bourse, les demandes d’inscription ont quadruplé.

Planifier son changement de carrière

Cependant, Accès Emploi, un organisme à but non lucratif qui aide les francophones à se trouver un emploi, conseille aux personnes au chômage de ne pas prendre de décision impulsive qu'elle regretteront plus tard. Une réorientation professionnelle doit être bien préparée , explique Soumaya Mabrouk, sa coordonnatrice de programme en placement d’emploi.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Dans le contexte actuel, ceux qui pensent à une réorientation de carrière le font généralement de façon brutale, c’est comme une réaction à ce qui se passe en ce moment, ajoute la spécialiste en développement de carrière.

Personne ne connaît l’ampleur de la situation.

Soumaya Mabrouk Accès Emploi

Les personnes qui se sentent désarmées par l’incertitude économique devraient profiter de cet arrêt de travail pour améliorer leurs compétences actuelles, dit Mme Mabrouk. Accès Emploi leur offre d’ailleurs des ateliers gratuits accessibles depuis chez elles pour ce faire.

Se donner une seconde chance

Bien préparée, une reconversion professionnelle peut être une importante réussite personnelle. C’est le cas de Madeleine Mercier, qui est passée du secteur de l'enseignement à celui des finances en 1987.

Deux ans dans l'enseignement l’ont convaincue que les salles de classe n’étaient pas faites pour elle. Il est très possible d’avoir deux ou trois carrières, alors, je ne vois pas ça comme une faillite de recommencer. C’est reconnaître qu’on découvre qu'on a différentes aptitudes que lorsqu'on a commencé sa carrière, dit Mme Mercier.

Plan serré du visage de Madeleine Mercier.

Être impliqué dans la communauté franco-albertaine est une des conditions pour être admissible au fonds Nouveau-Départ, explique Madeleine Mercier, fondatrice du programme.

Photo : Courtoisie de Madeleine Mercier

Quand elle est devenue mère de famille, elle a pris le temps de planifier son retour sur le marché du travail en faisant un bilan personnel pour savoir quel serait le métier qui correspondait le plus à ses ambitions. C’est ainsi qu’elle a choisi d’entrer dans le monde de la finance après une formation continue suivie le soir.

Je suis très fière de ma carrière.

Madeleine Mercier

Comme Jeremy Shaki, Madeleine Mercier veut aussi donner une chance aux personnes qui veulent transformer les conséquences de la COVID-19 en expérience qui améliore l'avenir. Elle a créé le programme d'aide Nouveau-Départ du fonds de la famille Madeleine-et-Armand-Mercier à la Fondation franco-albertaine.

Le programme d'aide Nouveau-Départ offre à la personne sélectionnée une bourse de 2000 $ par an, sur trois ans : Je voulais donner une chance aux gens qui souhaitent retourner aux études, car je l’ai fait moi-même.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !