•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Opération Laser : des Rangers en renfort pour lutter contre la COVID-19

Un groupe habillé en rouge court en peloton dans la neige.

Selon le lieutenant-colonel Shane McArthur, les Rangers canadiens sont bien préparés pour répondre à une pandémie, la plupart d’entre eux habitant déjà les communautés qu’ils servent.

Photo : Sgt Peter Moon

Radio-Canada

La communauté de Moose Factory est au nombre des régions qui seront visitées par des Rangers. Ils font partie d’environ 7000 réservistes de Forces armées canadiennes.

Le caporal-chef Christopher Keesic s’attend à recevoir incessamment des ordres pour commencer la tournée de surveillance de sa communauté, Moose Factory, sur la côte ouest de la baie James.

On y compte environ 2400 personnes.

Un homme habillé en tenue hivernale rouge

Le caporal-chef Christopher Keesic de Moose Factory estime valorisant, son travail de Ranger pendant la pandémie.

Photo : Sgt Peter Moon

La mission fait partie du travail déjà commencé afin de préparer la première nation Moose Cree à la pandémie.

La COVID-19 constitue un nouveau défi pour ces Rangers, à qui l’on fait surtout appel lors d’opération de recherche ou de sauvetage, pendant des feux de forêts ou encore des inondations.

L’ennemi est invisible. C’est certainement plus inquiétant, dit M.Keesic. Personne n’a vraiment été préparé et je n’ai jamais vécu rien de tel.

Les Rangers porteront de l’équipement de protection personnel.

Un homme habillé en rouge parle à une femme sur un balcon

Les Rangers iront de porte-à-porte pour s’assurer que les résidents de Moose Factory ne manquent de rien pendant la pandémie.

Photo : Sgt Peter Moon

On pourrait leur demander de vérifier l’état de santé des gens, d’identifier les personnes et les familles à risque et surveiller les infrastructures nécessaires au transport d’équipements et de matériaux, ou encore d’aider à mettre sur pied des cliniques de dépistage ou de prévention du coronavirus.

Les Rangers ne remplacent pas les autorités qui appliquent la loi en matière d’isolation des gens, de transport ou de personnes malades, dit Shane McArthur, lieutenant-colonel de la base des Forces canadiennes de Borden, en Ontario.

Des motoneigistes qui se suivent dans un sentier

Des équipes de six à huit Rangers sont déployées dans des communautés dépourvues de leurs présence lorsque nécessaire.

Photo : Sgt Peter Moon

Il explique que le caporal-chef Keesic est l’un des 117 Rangers déployés à travers une trentaine de communautés autochtones du Nord de l’Ontario.

Le nombre de Rangers déployés sera augmenté au fur et à mesure, d’ici le 30 août, explique M. McArthur.

Des équipes de 6 à 8 personnes sont formées pour appuyer les communautés dépourvues de Rangers.

Un groupe de personnes écoutent des directives

Les Rangers canadiens sont habituellement appelés à intervenir lors d’opérations de sauvetage ou de désastres naturels.

Photo : Sgt Peter Moon

Il donne pour exemple North Spirit Lake où à l’automne des Rangers y avaient séjourné pendant 15 jours au moment où la communauté autochtone vivait une crise reliée aux dépendances et était sans eau potable.

Je crois que les Rangers peuvent aider à atténuer l’angoisse et l’inquiétude et les rassurer, car la plupart vivent dans les communautés qu’ils desservent.

Shane McArthur, lieutenant-colonel BFC Borden
Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Les Rangers sont aussi déployés dans la région du Nunavik au Québec, où l’on compte 11 cas de COVID-19.

Peawanuck

La caporale-chef Pamela Chookomoolin est en attente de sa prochaine mission.

Une femme autochtone habillée en rouge avec une casquette dans la forêt

Pamela Chookomoolin vient de la communauté de Peawanuck dans le Grand Nord de l’Ontario.

Photo : Sgt Peter Moon

Sa communauté de 200 habitants est isolée.

La mère de deux enfants âgés de 9 et de 15 ans se dit prête à intervenir avec son équipe si l’on fait appel à ses services.

On compte au Canada près de 700 Rangers.

Avec les informations d’Olivia Stefanovich de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Prévention et sécurité