•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saison des allergies : ne confondez pas vos symptômes!

Une femme essaie de se protéger du pollen et des allergènes avec un masque.

L'arrivée du printemps est synonyme d'allergies

Photo : iStock

Les experts invitent la population à la prudence et à ne pas confondre les symptômes d’allergies avec ceux de la COVID-19, alors que la mi-avril est signe du début de la saison des allergies.

L’arrivée du printemps est aussi synonyme de la libération du pollen. Mais ces grains amènent parfois son lot d'inconfort et beaucoup d’atchoums! Cependant, les signes classiques d’allergies ne sont pas des signes classiques de COVID ou de rhume, affirme le Dr Denis Chauret, directeur de la clinique d'allergologie à l’Hôpital Montfort.

Les éternuements, les yeux qui piquent, même le nez qui coule clair, ce ne sont pas des signes d’infection, mais des signes d’allergie.

Denis Chauret, directeur de la clinique d'allergologie à l’Hôpital Montfort

Les pollens vont arriver, les gens vont avoir des symptômes au niveau des yeux et du nez et vont se dire que c’est la grippe. On veut les rassurer, affirme M. Chauret.

Le médecin estime qu’il faut être à l'écoute de ses symptômes. Quand on parle de fièvre, de toux sèche, d'essoufflement, là ce ne sont peut-être pas des symptômes d’allergies.

Au Canada, 20 % de la population souffre d’allergies saisonnières, selon Denis Chauret.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Pour ceux qui auront des signes d’allergies pour la première fois ce printemps, ne paniquez pas! On ne veut pas que ces gens- là se rendent dans les centres de dépistage [de la COVID] pour des allergies.

Monsieur Chauret suggère l’utilisation de médicaments en vente libre pour calmer les effets des allergies, même si traiter au moment des symptômes ça marche moins bien que de le faire avant. À cet effet, le médecin recommande aux personnes dont les allergies reviennent de façon récurrente l’utilisation d'antihistaminiques dès le premier avril. Les médicaments pour allergies n'augmentent pas le risque d’infection, pas du tout, tient à rassurer Denis Chauret.

Le saviez-vous? Au pays, la région d’Ottawa et de Gatineau serait la pire pour les allergies au pollen.

C'est que le secteur est dans une vallée, rappelle le directeur de la clinique d'allergologie à l’Hôpital Montfort. Le pollen ne peut pas sortir et les gens qui sont dans la vallée sont emprisonnés dans le pollen, conclut le médecin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !