•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La COVID-19 a causé une perte d'emplois historique au mois de mars en Ontario

Les chaises sont levés dans un restaurant vide.

L'industrie de la restauration est l'une des plus touchées par la pandémie, avec 119 600 emplois perdus.

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson

Nicolas Haddad

L’Ontario a fracassé un nouveau record pour les pertes d’emplois en un seul mois avec 403 000 emplois perdus en mars 2020, rapporte le Bureau de la responsabilité financière de l’Ontario.

Le taux de chômage dans la province a bondi à 7,6 % en mars, ce qui représente une des hausses du taux de chômage les plus importantes à survenir en un mois de l’histoire de l'Ontario.

Graphique qui démontre les pertes d'emploi en Ontario en mars 2020Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'Ontario a connu un mois historique en matière de pertes d'emploi en mars 2020.

Photo : Radio-Canada

Le Bureau de la responsabilité financière (BRF) a aussi révélé, jeudi, que 800 000 travailleurs ontariens de plus ont travaillé beaucoup moins d’heures. Au total, un sixième des travailleurs ontariens ont été directement touché par la pandémie de la COVID-19.

Presque toutes les augmentations du taux de chômage ont été causées par les mises à pied temporaires survenues en mars, peut-on lire dans le rapport de la BRF. Selon cette analyse, il s’agirait du nombre le plus élevé de mises à pied temporaires depuis 1976.

Aucun secteur n’a été épargné, sauf un

Le rapport du BRF sur le marché du travail de l’Ontario en mars 2020 a démontré que le secteur privé a été le plus touché, avec 319 500 emplois perdus contre les 43 500 emplois perdus dans le secteur public.

Ce graphique démontre quels secteurs sont les plus touchés par les pertes d'emplois.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'Ontario a perdu 403 000 emplois au mois de mars 2020.

Photo : Radio-Canada

Sans surprise, les pertes d’emploi les plus importantes ont eu lieu chez les industries qui nécessitent un contact avec le public, comme les services d'hébergement et de restauration, le commerce de gros et de détail, l’information, la culture et les loisirs et les soins de santé et l’assistance sociale.

Le seul secteur qui n’a pas comptabilisé de pertes d’emploi est celui des services aux entreprises et des services relatifs aux bâtiments et autres services de soutien, où une légère hausse de 2 500 emplois a été recensée.

Les industries qui ont su appuyer leurs employés qui travaillent de la maison ont également connu des pertes d’emploi moins sévères en mars 2020, notamment les services professionnels et scientifiques, l’administration publique et la finance, les assurances et l’immobilier.

Les chiffres du mois d'avril seront pires

Le BRF a mené son enquête auprès de la population active ontarienne entre le 15 et le 21 mars dernier. La fermeture obligatoire des lieux de travail non essentiels n’a été déclarée que le 23 mars, avant que la liste des lieux de travail non essentiels soit élargie le 3 avril.

Un homme avec des lunettes

Peter Weltman est le directeur du Bureau de la responsabilité financière de l'Ontario.

Photo : Radio-Canada / Philippe de Montigny

Selon le Directeur de la responsabilité financière de l’Ontario, Peter Weltman, le prochain rapport sur l’emploi en Ontario recensera donc encore plus de pertes d’emploi qu’en mars.

Le mois d'avril, les chiffres seront pires… Fortement pires.

Peter Weltman, Directeur de la responsabilité financière de l’Ontario

M. Weltman a confirmé que des rapports mensuels sur l’emploi en Ontario seront publiés par le BRF tout au long de la pandémie. Selon le BRF, le prochain rapport inclura les impacts économiques et financiers liés à la pandémie de COVID‑19, ainsi que les politiques du gouvernement visant à endiguer la crise.

Après 3 mois de données on pourra aussi détailler l’impact sur les régions de la province et peut-être sur la démographie généralement, les hommes les femmes, explique le directeur.

M. Weltman espère que ces données plus précises permettront aux élus de mieux cibler leurs interventions, une fois que la crise se sera essoufflée.

Toujours loin des records du chômage

Malgré la perte d’emploi soudaine du mois de mars dernier, l’Ontario demeure loin de ses records de chômage.

Selon les données du BRF, le taux de chômage de 7,6 % du mois de mars 2020 ne se compare pas aux chiffres qu’a connu l’Ontario en décembre de 1982, quand le taux de chômage s’élevait à 12,4 %.

Cela dit, l'Ontario avait connu en décembre 2019 un taux de chômage de 5,3 %, qui a baissé en janvier 2020 pour atteindre 5,2 % — le plus bas depuis octobre 1989, quand celui-ci se chiffrait à 4,7 %.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !