•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Cour suprême du Canada refuse d’entendre la requête du tireur de La Loche

Randan Fontaine marche, menotté, suivi par deux policières.

Randan Fontaine, aujourd'hui âgé de 22 ans, avait 17 ans au moment où il a tué quatre personnes en plus d'en blesser sept autres dans une école secondaire de La Loche, en Saskatchewan.

Photo : The Canadian Press / Jason Franson

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Cour suprême du Canada a refusé jeudi d’entendre la cause de Randan Fontaine qui a tué quatre personnes et blessé sept autres lors d’une fusillade dans une école secondaire de la petite communauté saskatchewanaise de La Loche, en janvier 2016.

Le tireur avait laissé savoir en décembre dernier qu’il souhaitait saisir le plus haut tribunal au pays afin qu’on lui impose une peine pour adolescent, puisqu’il avait 17 ans au moment des faits. Il est aujourd’hui âgé de 22 ans.

Comme à l’habitude lors de déclarations semblables, la Cour suprême n’a pas fourni de raisons pour expliquer sa décision.

En refusant d’entendre la cause, le plus haut tribunal maintient donc la peine pour adulte rendue par la Cour provinciale de la Saskatchewan le 8 mai 2018 qui avait statué sur une peine d’emprisonnement à vie sans possibilité de libération avant 10 ans.

De plus, l’identité de l’assaillant, qui était sous une ordonnance de non-publication, peut désormais être révélée.

L’avocat de Randan Fontaine, Aaron Fox, est déçu de la décision de la Cour suprême.

Depuis que la juge McIvor de la Cour provinciale a statué sur la peine de son client, Aaron Fox estime que les problèmes de santé mentale de son protégé n’ont pas été suffisamment pris en considération dans la décision.

Il espérait donc que le plus haut tribunal au pays puisse corriger la situation.

Je pensais que la Cour suprême accepterait notre demande malgré le nombre limité de causes qu’elle peut entendre. C’est décevant, souligne Aaron Fox.

Le 31 octobre 2019, la Cour d’appel de la Saskatchewan avait également rejeté la requête de Randan Fontaine, permettant ainsi à ce dernier de demander à la Cour suprême d’entendre sa cause.

Le fil des événements

Le 22 janvier 2016, Randan Fontaine a ouvert le feu après être entré dans l’École communautaire de La Loche, dans le nord de la Saskatchewan. Il a d’abord tué deux de ses cousins, Dayne et Drayden Fontaine, avant de poursuivre sa route et faire d’autres victimes.

L’auteur de la fusillade, qui a plaidé coupable à deux chefs d’accusation de meurtre prémédité et à deux autres chefs d’accusation de meurtre non prémédité, était à deux semaines d’atteindre l’âge de 18 ans au moment des faits.

La tragédie avait déclenché une vague de sympathies pour la communauté et les familles des victimes d’un bout à l’autre du pays.

Des centaines de personnes ont assisté à l’une ou l’autre des veillées aux chandelles organisées en Saskatchewan, dont le premier ministre du Canada Justin Trudeau, le premier ministre saskatchewanais de l’époque Brad Wall, et le chef de l’Assemblée des Premières Nations, Perry Bellegarde.

Avec les informations d’Omayra Issa et Jason Warick

Notre dossier sur la tragédie :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !