•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’appel à l’aide pour du personnel en santé, un sujet chaud dans le réseau

Un préposé aux bénéficiaires tient un masque de protection entre ses mains.

Un préposé aux bénéficiaires s'apprête à mettre un masque de protection.

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L’appel à l'aide pour soutenir le personnel en santé qui est débordé a été entendu dans la région soutient la directrice du CISSS, mais le syndicat met un bémol à ce sujet.

La présidente-directrice générale du CISSS de la Gaspésie, Chantal Duguay, remercie la population d’avoir répondu à l’appel en renfort lancé dans les derniers jours.

De nombreux postes ont été pourvus, mais il y a encore des besoins pour aider les préposés aux bénéficiaires, les infirmières et les infirmières auxiliaires. De l'aide est aussi demandée en cuisine ou à l’entretien ménager.

L’appel qu’on a lancé, ça a vraiment bien répondu, assure la PDG qui n’a cependant pas chiffré le nombre de postes gaspésiens qui ont été pourvus dans les derniers jours.

Dans la région, l’appel à l’aide était précisément pour la Baie-des-Chaleurs, mais le recrutement se fait dans tout le réseau en Gaspésie, parce qu’il faut qu’on se prépare également partout, dit-elle.

« Dans la Baie-des-Chaleurs, on a eu beaucoup de retraités qui nous ont bien répondu dans les dernières semaines, les dernières journées. Une belle réponse des étudiants qui est tout à leur honneur. »

— Une citation de  Chantal Duguay, PDG, CISSS Gaspésie

En ce qui concerne la pénurie d'équipements, la PDG assure que tout est sous contrôle en Gaspésie.

La présidente-directrice générale du CISSS de la Gaspésie répond à une question lors d'une entrevue.

Chantal Duguay, présidente-directrice générale, CISSS de la Gaspésie

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Deschenes

Une valorisation qui arrive bien tard

Le discours sur la valorisation des emplois de préposés aux bénéficiaires arrive bien tard au Québec affirme le Syndicat du personnel de soutien du CISSS de la Gaspésie.

La pénurie de personnel, notamment en ce qui concerne les préposés aux bénéficiaires, était criante depuis la réforme de l’ancien gouvernement libéral.

Le président du syndicat, Pierre-Luc Boulay, ajoute que la crise du COVID-19 a empiré la situation de ses membres.

Dans les faits, il juge que la reconnaissance de la valeur des employés qui travaillent en CHSLD est loin d’être acquise.

On entend dans les médias que Monsieur [Legault] est touché par le travail qui est fait par le personnel et que Monsieur veut en donner. À l'écouter, c’est vraiment la faute des syndicats si on n’a pas eu d’augmentation de salaire significative. Mais la réalité est que les offres étaient vraiment aberrantes.

« Il faut faire la part des choses de ce qui se dit lors des conférences de presse par M. Legault versus ce qui est dit aux tables de négociations, c’est deux mondes. »

— Une citation de  Pierre-Luc Boulay, président, Syndicat du personnel de soutien du CISSS de la Gaspésie.
L'affiche qui accueille les visiteurs.

Le CISSS de la Gaspésie a besoin de personnel dans ses établissements de la Baie-des-Chaleurs.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Le personnel de l'éducation appelé en renfort

Un arrêté ministériel publié vendredi par la ministre de la Santé, Danielle McCann, permet au gouvernement de redéployer  le personnel de l’éducation dans le réseau de la santé, où les besoins pour faire face à la COVID-19 sont criants.

Les syndicats se posent de nombreuses questions à ce sujet. Pour l'instant, ils considèrent les mesures floues.

En Gaspésie, la PDG du CISSS compte sur Québec pour négocier les détails de ce recrutement.

D'après les informations de Brigitte Dubé

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !