•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement du Manitoba veut se doter de nouveaux pouvoirs d’urgence

Six hommes dans la Chambre de l'Assemblée législative, dont deux avec des masques, tous à deux mètres les uns des autres.

Des élus manitobains pratiquent la distanciation physique lors d'une réunion d'urgence.

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Radio-Canada

Les élus provinciaux du Manitoba se sont rassemblés mercredi pour la première fois depuis la déclaration de l’état d’urgence en réaction à la pandémie de COVID-19, pour débattre de projets de loi portant sur des pouvoirs supplémentaires pour le gouvernement de Brian Pallister.

Seul un tiers des députés de chaque parti étaient présents en Chambre, une mesure visant à assurer le respect de la distanciation physique de mise lors de cette pandémie. Les lieux étaient désinfectés à chaque pause, et certains députés portaient des masques faits maison.

Notre province, notre nation, notre planète se trouve face à une série de défis sans précédent, a déclaré le premier ministre Brian Pallister au début de la journée.

L’un des projets de loi vise à renforcer les pouvoirs du médecin hygiéniste en chef du Manitoba, en lui permettant de limiter les déplacements dans certains secteurs de la province. Il aurait aussi l’autorité d’imposer des directives, telles que l’isolement obligatoire pour des personnes arrivant dans la province.

Un autre projet de loi permettrait à la province d’interdire l'établissement de prix abusifs ou excessifs lors d’urgences, et de fixer le prix de denrées et de services essentiels. L’amende maximale pour une personne ignorant un ordre d’évacuation serait aussi augmentée de 50 000 $ à 500 000 $.

Ce projet de loi octroierait également d’importants pouvoirs supplémentaires au cabinet progressif conservateur pour la prochaine année. Il pourrait donner des ordres pour prévenir de sérieux torts à des personnes ou de la propriété ou encore pour réduire les effets d’interruptions fiscales ou économiques. Le premier ministre affirme que le gouvernement a besoin de pouvoir d’agir rapidement.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

D’autres projets de loi visent à soutenir des personnes touchées par l’impact économique de la COVID-19. L’un d’eux entérinerait une mesure déjà annoncée par la province qui interdit aux propriétaires de logements d’expulser des locataires pour cause de loyer non payé et qui interdit les hausses de loyer. Un autre offre une protection aux travailleurs qui doivent prendre un congé du travail en raison de restrictions liées à la COVID-19.

L’opposition néo-démocrate a indiqué qu’elle soutient certaines de ces mesures, tout en soulevant des préoccupations par rapport aux importants pouvoirs dont le gouvernement souhaite se doter.

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Wab Kinew, a aussi demandé au gouvernement d’offrir du soutien financier direct aux personnes qui ont perdu leur emploi ou vu réduire leurs heures de travail en raison de la pandémie.

Le premier ministre avait déjà indiqué que la province se préparait à une perte budgétaire de cinq milliards de dollars pour contrer la COVID-19, compte tenu de dépenses supplémentaires en santé et de perte de revenu.

Mercredi, le gouvernement a déposé des documents montrant une prévision de dépenses supplémentaires d'un milliard de dollars directement liés à la pandémie, dont la moitié est destinée au secteur de la santé.

Avec les informations d'Ian Froese et de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Politique municipale