•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Vallée-de-l’Or demande à Québec de saborder son Centre d’acquisitions gouvernementales

Martin Ferron parle au micro dans le studio de Radio-Canada Abitibi-Témiscamingue.

Martin Ferron, préfet de la MRC de la Vallée-de-l'Or (archives)

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

Les maires de la MRC de la Vallée-de-l’Or demandent au gouvernement du Québec de reculer et d’abroger la loi instituant le Centre d’acquisitions gouvernementales, adoptée en février.

La MRC avait déjà exprimé son désaccord avec le projet de loi 37 en décembre, à l’instar de la Conférence des préfets et des chambres de commerce de la région. Les impacts économiques de la crise de la COVID-19 les poussent à revenir à la charge.

Selon le préfet Martin Ferron, cette loi aura des impacts négatifs sur les PME de la région, qui auront moins accès à des contrats avec des ministères et organismes gouvernementaux.

De vouloir passer par des appels d’offres nationaux à partir de Québec, on sait très bien que ce ne sont pas nos petites entreprises qui en sortiraient gagnantes, explique-t-il. Dans le contexte actuel, on croit que le gouvernement doit annuler sa loi. Il a le pouvoir de le faire. Ça vient à l’encontre de ce que le premier ministre demande lui-même aux Québécois, soit de favoriser l’achat local.

Compostage : pas encore

Par ailleurs, la Vallée-de-l’Or n’a toujours pas statué sur l’attribution du contrat pour la construction de sa plate-forme de compostage. La MRC a reçu six propositions, se chiffrant entre 6,2 et 8,1 millions de dollars.

On n’est pas pas prêts encore, souligne Martin Ferron. Tout est au ralenti présentement. On attend des confirmations de conformité de la part des ingénieurs et avocats. C’est un gros projet et on ne veut pas commettre d’impairs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !