•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19: l’Ontario dévoile son plan d’urgence pour les centres de soins de longue durée

Une dame âgée marche avec l'aide d'un déambulateur.

Les éclosions se multiplient dans les centres de soins de longue durée de la province.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Des protocoles plus stricts, davantage de tests de dépistage et plus d’équipement de protection font notamment partie des mesures annoncées mercredi afin de contrer l’avancée de la COVID-19 dans les foyers de soins de longue durée ontariens.

Le gouvernement de l’Ontario affirme qu’il dépensera l’argent nécessaire afin de protéger les personnes âgées, étant donné les éclosions du virus qu'on recense dans 98 foyers.

Les employés des foyers ne pourront plus travailler dans plusieurs établissements à la fois. Un décret d’urgence a été adopté mardi soir à cet effet par le gouvernement. Il s’agit toutefois d’une mesure temporaire, qui s’appliquera à partir du 22 avril.

Si, pour respecter le décret du gouvernement, un employé doit cesser de travailler à un établissement, la direction de celui-ci sera tenue de lui accorder un congé pour qu’il ne perde pas cet emploi.

Plus de dépistage

Alors que l’Ontario tente d’atteindre sa nouvelle cible de 8000 tests de dépistage effectués quotidiennement, le premier ministre Doug Ford affirme que la priorité sera accordée à certains foyers pour aînés. 

Des pensionnaires et employés des centres de soins de longue durée seront testés, même s’ils ne présentent aucun symptôme.

Merrilee Fullerton alors qu'elle prête serment à titre de ministre des Soins de longue durée.

La ministre ontarienne des Soins de longue durée, Merrilee Fullerton

Photo : La Presse canadienne

On va étendre les tests pour vraiment comprendre comment la COVID-19 se répand dans les foyers de soins de longue durée, indique la ministre des Soins de longue durée, Merrilee Fullerton.

Des ressources accrues

Les établissements qui demandent davantage d’équipement de protection pourront le recevoir en 24 heures, selon Doug Ford.

Des masques sur une table.

L'équipement de protection peut être livré en 24 heures, assure le premier ministre.

Photo : getty images/istockphoto / mihalec

Le port du masque et d’équipement de protection sera dorénavant obligatoire pour tous les employés des foyers.

Le gouvernement affirme également, sans donner de détails, que les foyers recevront aussi plus de fonds pour embaucher des employés supplémentaires.

La ministre Fullerton a aussi tenté de se faire rassurante par rapport au manque d’employés dans les foyers.

On sait qu’il y a des pénuries à certains endroits (....) Les hôpitaux et le secteur des soins de longue durée seront mis à contribution pour s’assurer qu’on augmente le personnel, soutient-elle.

La province dit aussi considérer le transfert de ressources des hôpitaux vers les foyers de personnes âgées, mais encore une fois, sans préciser quand ni comment.

Afin d’améliorer l’isolement des résidents infectés, le gouvernement pourrait transférer certains bénéficiaires vers d’autres établissements, comme des hôpitaux.

Trop peu, trop tard pour certains

L’opposition officielle à Queen’s Park dénonce pour sa part les délais qui viennent avec le plan d’urgence du gouvernement.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) aurait aimé que la mesure qui interdit aux employés des foyers de travailler dans plusieurs établissements en même temps soit en vigueur avant le 22 avril.

Des restrictions beaucoup plus sévères auraient dû avoir été mises en place il y a des semaines. On ne peut pas se permettre de gaspiller une seconde en ce moment, estime la chef du NPD, Andrea Horwath. 

La professeure de l’Université d’Ottawa, Martine Lagacé, se questionne également sur l’entrée en vigueur de certaines mesures. 

Pourquoi le 22 avril? Tous les jours, la situation change et malheureusement c’est rarement de bonnes nouvelles du côté des foyers, affirme celle qui fait de la recherche sur les personnes âgées. 

Certains employés des foyers pourront travailler dans plusieurs établissements de santé du 15 au 22 avril, ce qui pourrait faire en sorte de propager davantage le virus. 

Il va y avoir du va-et-vient et donc, on peut penser qu’il y aura beaucoup de résidents infectés, ajoute Mme Lagacé. 

La pandémie a mis en lumière un problème qui était sous-jacent : la vulnérabilité des foyers de soins de longue durée.

Martine Lagacé, professeure à l’Université d’Ottawa

La directrice générale du Foyer des pionniers à Hearst, Joëlle Lacroix, est satisfaite du travail du gouvernement dans le dossier. 

Le ministère des Soins de longue durée fait un très beau travail. Ils nous appellent chaque semaine pour nous demander si on est bien, si on a assez [d’équipement de protection], si on a des cas. Ils se tiennent informés, explique Joëlle Lacroix. Son établissement accueille 67 bénéficiaires.

Trois de ses employés travaillent également à l’Hôpital Notre-Dame de Hearst, deux ont signalé à Mme Lacroix qu’ils travailleraient uniquement à l’hôpital durant la crise. 

On leur donne juste une absence pendant la COVID-19, dit Mme Lacroix, qui précise qu’elle ne manque pas de personnel ni d’équipement de protection pour l’instant.

On est vraiment chanceux, dit-elle.

Il n’y a pour le moment aucun cas de COVID-19 au Foyer des pionniers de Hearst, et Mme Lacroix dit croiser les doigts pour que la pandémie ne touche pas sa communauté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !