•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 en CHSLD : Legault en appelle au « sens du devoir » des médecins

Le premier ministre montre des signes d’impatience, notamment à l'endroit des spécialistes.

Les mains levées, François Legault répond à une question d'un journaliste lors d'un point de presse.

Selon le premier ministre François Legault, il faudrait l'aide d'environ 2000 médecins afin d'améliorer la situation dans les CHSLD.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

« Je ne sais plus comment le demander. »

Il aurait fallu être sourd pour ne pas entendre l'appel renouvelé du premier ministre Legault, mercredi, à un plus grand engagement des médecins omnipraticiens et, surtout, de leurs collègues spécialistes dans les CHSLD publics et privés où la pandémie de COVID-19 fait des ravages.

Je vous demande un effort spécial, a-t-il lancé, visiblement exaspéré. On a besoin de vous autres.

Estimant que 2000 travailleurs de la santé manquent à l'appel dans le réseau des CHSLD – soit parce qu'ils ont été infectés par la COVID-19, soit parce qu'ils ont peur de l'être –, M. Legault a profité de son point de presse quotidien pour faire appel au sens du devoir, au sens des responsabilités des 20 000 médecins au Québec.

Il y a une urgence nationale dans les CHSLD.

François Legault, premier ministre du Québec

M. Legault a déclaré mercredi qu'il n'avait peut-être pas été clair depuis deux jours. Il s'est donc repris mercredi. On a besoin, idéalement, de 2000 médecins, que ce soit des omnis ou des spécialistes, qui viennent soigner le monde; qui viennent laver les patients; qui viennent nourrir les patients; qui viennent faire le travail qui, habituellement, est fait par des infirmières, a-t-il illustré.

Le premier ministre a reconnu que les médecins étaient surqualifiés pour ce genre de travail. Mais il a aussi rappelé que la situation actuelle était exceptionnelle et que cette aide durerait le temps de quelques semaines.

La ministre en conférence de presse.

Danielle McCann dit s'être entendue avec la FMOQ et la FMSQ pour que les médecins de famille et les généralistes contribuent à combler le manque de personnel dans les CHSLD.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

La ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, en a rajouté une couche, exhortant les médecins à faire du Québec leur destination cette année pour effectuer une mission humanitaire. On a connaissance de beaucoup de médecins qui vont en mission humanitaire à l'extérieur du Québec, en Afrique, a-t-elle déclaré. Ce qu'on leur dit aujourd'hui, c'est que la mission humanitaire, elle est au Québec, elle est en CHSLD.

Mme McCann a par ailleurs confirmé que des ententes avaient été signées avec les fédérations de médecins pour que ceux-ci viennent travailler dans les lieux d'hébergement pour personnes âgées. La plus récente, paraphée mardi soir avec la FMSQ (Nouvelle fenêtre), prévoit une rémunération de 844 $ pour un bloc de 4 heures, jusqu'à concurrence de 2532 $ pour un quart de 12 heures.

Problèmes de communication?

L'appel du gouvernement Legault à un engagement rapide et volontaire des médecins a eu tôt fait d'interpeller la présidente de la FMSQ, Diane Francoeur, et son homologue de la FMOQ, Louis Godin, que le premier ministre n'a pas hésité à présenter comme des chefs syndicaux, mercredi.

M. le premier ministre, depuis jeudi dernier que nous levons la main, a tweeté la Dre Francoeur, alors que la conférence de presse n'était pas encore terminée. J’ai personnellement dit oui 3 fois à votre ministre de la Santé. Encore une fois il y a une heure. Nous serons là où il le faut. Je suis surprise de vos propos.

Entrevue avec la présidente de la Fédération des médecins spécialistes

En entrevue à l'émission En direct avec Patrice Roy, la présidente de la FMSQ a précisé par la suite que ses interlocuteurs gouvernementaux n'avaient jamais évoqué de scénarios où ses membres devraient prendre le relais des infirmières et des préposés aux bénéficiaires absents.

De toute évidence, le message que M. Legault a donné à Mme McCann et à l'équipe du ministère de la Santé n'était pas le même que nous, on a reçu, a-t-elle soutenu.

M. Legault laisse croire aux Québécois qu'on ne voulait pas aider, qu'on est des princesses, qu'on doit nous faire la morale et nous implorer pour aller aider, alors que ça fait trois semaines qu'on est à genoux devant lui.

Diane Francoeur, présidente de la FMSQ

Malgré cet imbroglio, les médecins spécialistes seront au rendez-vous dès jeudi, a assuré la Dre Francoeur, peu importe les tâches qui leur seront confiées. Elle-même sera sur le terrain.

Leur rémunération, par contre, sera la même que celle négociée avec le ministère, et ce, même si l'entente conclue avec lui prévoyait que les médecins spécialistes se rendraient dans les CHSLD pour poser des actes médicaux, et non pour remplacer des infirmières ou des préposés aux bénéficiaires.

La FMOQ rappelle pour sa part que des omnipraticiens ont déjà été déployés dans les foyers pour personnes âgées. Les médecins de famille, ce sur quoi on s’est concentrés, c’est de s’assurer que les services médicaux dans tous les secteurs – particulièrement en CHSLD – soient faits, a souligné mercredi le Dr Louis Godin, lui aussi en entrevue à ICI RDI.

Ce qu’on nous demande [maintenant], c’est d’aller donner un coup de main supplémentaire, a-t-il poursuivi. Est-ce qu’on a encore beaucoup de bras et beaucoup d’espace pour répondre à cette demande-là? On va regarder ce qu’on est capables de faire.

Mais s'il y a un élément dont tout le monde doit se rendre compte, a ajouté le Dr Godin, [c'est que] cet appel-là ne doit pas être juste pour les médecins; ce doit être pour l’entièreté de la société, tous les professionnels autres que les médecins de la santé, les gens qui sont en formation, autant en médecine que dans d’autres secteurs.

Si vous êtes capables de venir aider, il faut que vous veniez aider, a-t-il résumé.

Un travailleur de la santé regarde par la fenêtre.

Le nouveau coronavirus a fait une trentaine de morts depuis le mois dernier au CHSLD Herron, dans l'Ouest-de-l'Île. Pas moins de trois enquêtes sont en cours pour éclaircir les circonstances qui ont mené à ces décès.

Photo : Reuters / Christinne Muschi

La situation chez les personnes âgées, particulièrement en CHSLD, a été au cœur des derniers points de presse quotidiens des autorités québécoises, le premier ministre Legault promettant mardi de permettre à certains proches aidants de venir en renfort dans ces établissements. On a besoin de bras, avait-il lancé.

À court de ressources, M. Legault a même demandé à Ottawa la permission de recourir aux services du personnel médical des Forces canadiennes – ce à quoi la ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu, a répondu mercredi qu'elle disposait actuellement de 1000 personnes capables de venir en aide au Québec dans les deux langues officielles.

La liste des CHSLD et des RPA où des cas de COVID-19 ont été recensés est disponible sur Internet depuis mardi. Mise à jour quotidiennement, cette même liste indiquait mercredi (Nouvelle fenêtre) que le nouveau coronavirus avait infecté au moins 15 % des résidents de 42 habitations pour personnes âgées.

Situation critique dans 42 CHSLD

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Les petits commerces rouverts « prochainement »

Dans un tout autre ordre d'idée, François Legault et le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, envisagent de permettre prochainement la réouverture des petits commerces de détail.

Ces magasins, selon le premier ministre, subissent une concurrence injuste de certaines grandes surfaces, qui vendent des biens à la fois essentiels et non essentiels.

On est en train, avec le Dr Arruda, de mettre en place des consignes pour que, entre autres, le deux mètres soit respecté [dans ces commerces], a-t-il indiqué.

Car, pendant que la grande majorité des commerces sont fermés, les entreprises qui offrent des services et des activités jugés prioritaires restent ouvertes. Cette liste a d'ailleurs été élargie plus tôt cette semaine, si bien que les mines, les garages et les centres de jardinage, par exemple, ont pu rouvrir leurs portes mercredi matin.

Le nombre de nouveaux cas diminue

Le plus récent bilan de la pandémie de coronavirus au Québec fait état de 14 860 cas. Quelque 612 cas se sont ajoutés mercredi, contre 691 mardi et 711 lundi. Il s'agit donc de la deuxième baisse de suite depuis le début de la semaine.

L'ajout de 52 nouveaux décès, mercredi – pour un total de 487 depuis le début de la crise – a eu pour effet de faire franchir au Canada le cap des 1000 victimes de la COVID-19.

À l'heure actuelle, 984 personnes sont hospitalisées, dont 218 aux soins intensifs, soit 12 de moins que mardi.

Depuis le début de la pandémie, pas moins de 143 174 tests ont été effectués par la santé publique.

Aux dernières nouvelles, 2605 personnes étaient toujours en attente de leurs résultats et 2491 Québécois étaient considérés comme rétablis.

Mais si au Québec, la grande majorité des décès touchent les personnes de 60 ans et plus – comme l'illustrent les données de la santé publique –, ces bilans ne seraient pas tout à fait exacts. Radio-Canada a appris que certains décès, notamment dans des résidences pour personnes âgées, ne sont pas inclus dans le bilan du gouvernement.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique