•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Service urgent… et exorbitant

700 $ pour deux heures de travail? Il y a de quoi sursauter devant cette facture de plombier. Heureusement que l'histoire finit bien, rapporte La facture.

Linda Cyr dans sa maison.

Linda Cyr

Photo : Radio-Canada / Linda Cyr

Récemment, Linda Cyr a subi deux chocs coup sur coup : un dégât d’eau en pleine crise du coronavirus et une facture abusive du plombier appelé à la rescousse.

Mme Cyr est propriétaire d’un duplex. Fin mars, son locataire lui annonce qu’un petit renflement du mur a pris de l’ampleur pendant la nuit. Elle trouve rapidement un plombier sur Internet.

En cette période de pandémie, les plombiers et les électriciens offrent des services essentiels. Ils sont donc autorisés à faire des travaux d’urgence.

Dans l’énervement, Mme Cyr oublie de demander à l’entrepreneur son taux horaire. Quand elle le rappelle, elle reçoit une gifle : 350 $ l’heure.

Elle lui dit que c’est trop cher, qu'elle veut tout annuler, mais il lui répond qu’il est trop tard : son employé est déjà sur les lieux.

Un profiteur sans scrupules, s’insurge Linda Cyr.

Le déplacement, le plafond démoli pour accéder au tuyau, le remplacement de la partie défectueuse, ces coûts sont justifiés, selon Mme Cyr. Mais elle ne digère pas les 700 $ facturés pour deux heures de travail. Cela fait grimper sa facture à 1344,66 $.

Mme Cyr tente de négocier avec l’entrepreneur, qui lui explique que le matériel pour se protéger du coronavirus lui coûte cher. Elle ne comprend pas pourquoi cela a eu un tel impact sur le taux horaire.

Peine perdue, l’entrepreneur refuse de réduire la facture.

J’ai 70 ans, c'est la première fois de ma vie que je me sentais aussi mal de m’être fait avoir. J’avais l’impression qu’on profitait de la situation et qu’on nous prenait pour des sans-dessein.

Linda Cyr

Elle demande l’aide de la Corporation des maîtres mécaniciens en tuyauterie du Québec (CMMTQ).

Son directeur général, André Bergeron, explique que ses membres ne doivent pas profiter de la crise. Son mot d’ordre : le membre doit viser à faire un profit raisonnable avec des prix justifiés par les circonstances.

Il faut éviter les abus (…). Il est important d’être solidaires de la population qui est affectée par la crise actuelle.

André Bergeron, directeur général de la CMMTQ

Les plombiers doivent informer les clients de tous les frais prévisibles avant d’aller faire les travaux. C’est aussi ce que la Corporation des maîtres électriciens du Québec (CMEQ) demande à ses membres.

Son directeur général, Simon Bussière, explique que l’entrepreneur a une obligation de renseignement et doit fournir à son client, avant la conclusion du contrat, toute information utile relativement à la nature des tâches qu’il s’engage à effectuer.

Taux horaire régulier, taux horaire en temps supplémentaire ou d’urgence, frais de déplacement, nombre de salariés qui se déplaceront, frais d’équipements de protection contre la COVID-19, etc. Tout cela doit être clairement mentionné au client.

Les directeurs généraux de la CMMTQ et de la CMEQ assurent qu’une situation comme celle qu'a vécue Linda Cyr est rare.

Leurs membres ont traversé d’autres crises dans le passé, comme le verglas et les inondations. Selon eux, la majorité fait preuve de professionnalisme et évite de profiter de la détresse des gens pour s’en mettre plein les poches.

Quant à Linda Cyr, son histoire a connu un dénouement heureux sans qu’elle ait à déposer une plainte formelle à la CMMTQ contre l’entrepreneur fautif.

La corporation lui a fait profiter de son service de conciliation. Ainsi, elle a réussi à convaincre son membre de réduire sa facture de 460 $.

Ce n’est pas parce que c’est le coronavirus qu’ils vont abuser des gens. Au contraire, conclut-elle.

Vous voulez savoir quels sont les taux horaires recommandés pour un plombier ou un électricien? Allez sur les sites de la Corporation des maîtres mécaniciens en tuyauterie du Québec (Nouvelle fenêtre) et de laCorporation des maîtres électriciens du Québec (Nouvelle fenêtre).

Vous verrez aussi comment procéder pour demander la conciliation ou déposer une plainte à la CMMTQ (Nouvelle fenêtre) et à la CMEQ (Nouvelle fenêtre).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Immobilier

Économie