•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’informaticien Sylvain Foidart, pilier dans l’éducation des élèves de la DSFM

Ces Manitobains sont sur la ligne de front depuis le début de la pandémie de coronavirus. Rencontre avec des gens qui continuent d’assurer leur mission en cette période trouble, coûte que coûte.

Sylvain Foidart sourit.

Sylvain Foidart travaille depuis 2013 à la Division scolaire franco-manitobaine en tant qu'administrateur en service à la clientèle : un métier de rêve selon lui, qui lui permet d'allier sa passion pour l'informatique et d'exercer dans sa langue maternelle.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Assurer la continuité pédagogique pour tous les élèves et enseignants de la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM) : c’est la mission de l’informaticien Sylvain Foidart pendant la pandémie de coronavirus. Plutôt en coulisses qu’en première ligne, il fait son possible pour empêcher le virus de priver entièrement les Franco-Manitobains de leur droit à l’éducation.

Sylvain Foidart regarde une nouvelle fois son écran de téléphone. Depuis le début de la pandémie et la fermeture des écoles, l’administrateur en service à la clientèle de la DSFM n’a plus une minute à lui.

Mon téléphone sonne toutes les cinq minutes, explique-t-il simplement. J’ai des requêtes tout le temps. Ces demandes proviennent à la fois des parents d'élèves comme des enseignants.

Depuis près d’un mois, les équipes informatiques de la division scolaire travaillent d'arrache-pied. Et comme dans un programme informatique, il a fallu suivre plusieurs étapes pour arriver à la situation actuelle.

Tester et se familiariser

Phase 1 : trouver les solutions et les programmes à utiliser. Phase 2 : organiser et installer. Aux promesses de la continuité pédagogique, il a fallu joindre les actes pour que tous, élèves, enseignants et parents, soient armés pour faire face à l’épidémie du côté de l’éducation.

Il fallait que je fasse beaucoup de recherches sur les nouveaux produits, pour m’assurer qu'on les déploie d'une façon efficace. Le but, ce n’était pas de mettre en place n'importe quel système qui allait causer plus de problèmes…

Sylvain Foidart , administrateur en service à la clientèle à la DSFM

Sylvain Foidart, qui a la réussite des élèves chevillée au coeur, s’impose une grande rigueur.

Aujourd’hui, la phase 3 est enclenchée : assurer le suivi et résoudre les problèmes. L’ingénieur en informatique ne lâche plus les écrans. Il travaille sans cesse à améliorer les services proposés et à suivre l’évolution des fonctionnalités.

Nous avons une équipe qui est très forte en technologie. Nous travaillons ensemble pour assurer que les enseignants ont les outils en main et sont capables d'appuyer les élèves à la maison, se réjouit ce père de deux enfants, eux-mêmes scolarisés à la DSFM.

Un nouveau rythme

Pour Sylvain Foidart, cette pandémie mondiale ne rime pas forcément avec nouvelle organisation du travail.

En temps normal, l’ingénieur en informatique travaille souvent à distance et ne se rend sur les lieux que pour installer ou configurer de nouveaux outils informatiques. En revanche, le coronavirus lui impose un rythme plus soutenu.

Je fais de plus longues heures de travail. Mais c’est un choix. C’est un choix parce que je mets tout mon coeur dans mon travail. C’est important que les élèves et les enseignants puissent jouir de nos services, lance-t-il.

C’est guidé par cette envie que Sylvain Foidart avance au milieu de cette crise sanitaire. Jamais il n’avait travaillé dans de telles conditions. Mais l’informaticien s’adapte.

Sa seule inquiétude : que tous les élèves continuent d’avoir accès à un minimum d’éducation, et ce, même si le virus les prive d’une salle de classe et du contact physique avec leur enseignant.

Ni stress, ni anxiété

Les doigts cramponnés à son téléphone, prêt à répondre à la marée d’appels et de questionnements qui déferlent, Sylvain Foidart tient bon la barre. Il ne laisse pas l’anxiété l’envahir.

Soucieux de trouver les bons mots, il explique après une courte pause : Je ne me stresse pas facilement et je ne me sens pas anxieux du tout. Je suis seulement une personne. Je ne peux pas tout faire, encore moins dans une seule journée.

Aujourd’hui, sa principale mission consiste à trouver le meilleur accès VPN pour tous les élèves et les enseignants, afin d’éviter les déplacements.

Dans toutes ces requêtes, certaines apportent aussi leur lot de légèreté. À l'image du mot de passe éternellement perdu ou oublié. Ces notes permettent à Sylvain Foidart et son équipe d'alléger un peu l'ambiance pesante.

Le Franco-Manitobain dégaine un large sourire avant de confier : Ce matin, j’ai découvert une nouvelle fonctionnalité sur une plateforme de communication où, quand tu es en vidéoconférence, tu peux mettre un arrière-plan autour de toi. Alors, j'ai mis Minecraft pour mes enfants ce matin. C’était incroyable pour eux. Ils m’ont demandé comment j’avais fait ça!

Car pour ses enfants, c’est bien leur père, ce héros.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !