•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des initiatives pour briser l’isolement des aînés

Une femme parle à quelqu'un à l'aide de téléphone cellulaire.

Une femme parle au téléphone

Photo : getty images/istockphoto / Viktoriia Hnatiuk

Radio-Canada

Bien que les personnes âgées se trouvent isolées, elles peuvent facilement être jointes par téléphone. Dans ce sens, des initiatives se multiplient en Estrie pour mettre un baume dans leur quotidien privé de contacts humains.

D’abord, des étudiants de l’Université de Sherbrooke ont mis sur pied le projet Distanciation sociale au bout du fil.

Le principe consiste à jumeler des aînés à des étudiants qui les contactent par téléphone de une à quatre fois par semaine.

En tout, 250 bénévoles prennent part au projet, principalement des étudiants en médecine et en psychologie.

On n’offre pas de suivi médical ou psychologique parce qu’on n’a pas de certification pour ça, mais on jase de leur journée. C’est vraiment juste des petites discussions pour mettre du soleil dans leur vie. C’est aussi pour donner un sens de responsabilité aux étudiants de partout au Québec. Les étudiants se sentent vraiment interpellés, explique Kiana Lebel, étudiante en 3e année de médecine à l’Université de Sherbrooke.

Une courte formation est offerte aux étudiants bénévoles pour faciliter les contacts avec les personnes âgées.

Marathon téléphonique

Les aînés de Magog sont un peu moins seuls depuis quelques jours puisque des employés de la Ville et des membres d'organismes communautaires ont entamé un marathon téléphonique pour les rejoindre.

Ils téléphoneront au total à plus de 7000 personnes âgées de 70 ans et plus. L'objectif est également de briser leur isolement, mais aussi de répondre à leurs questions et de fournir des informations sur les ressources mises à leur disposition.

C’est sûr que c’est important parce qu’il y en a beaucoup qui vivent seuls. Contrairement à nous, ils ne peuvent sortir. C’est important pour nous de savoir s’ils répondent à leurs besoins fondamentaux, précise la chef de division Loisirs et vie communautaire de la Ville de Magog, Marie-Claude Viau.

La Ville n'exclut pas de recommencer l'initiative si le confinement des personnes âgées se poursuit.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !