•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Un employé lave les bicyclettes et les bornes de paiement.

Des mesures ont été mises en place par BIXI Montréal pour la désinfection et le nettoyage des vélos et des différents équipements du service de vélo-partage.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les Montréalais peuvent depuis mercredi matin enfourcher un vélo en libre-service de BIXI pour se déplacer dans la métropole. On pensait la saison compromise, mais la direction de BIXI a décidé de lancer le service cette année dans un contexte de pandémie mondiale de COVID-19 qui a mené à la réduction de l’activité économique et sociale à Montréal, dans la province du Québec et partout au Canada.

En entrevue à Tout un matin, Christian Vermette, directeur général de BIXI Montréal, a expliqué que cette décision a été prise de concert avec la Ville de Montréal et la direction de la santé publique.

« BIXI est un service de transport au même titre que l’autobus, le métro et les taxis. Il y a des milliers de Montréalais qui utilisent ce service-là comme moyen de transport principal. »

— Une citation de  Christian Vermette, directeur général de BIXI Montréal

Les clients devraient aussi désinfecter leur vélo

M. Vermette recommande aux usagers de bien se laver les mains avant et après l’utilisation de ces vélos et de bien désinfecter les parties du vélo qui sont fréquemment touchées par les clients. Il en va de même pour les bornes de paiement.

Par mesure préventive, nous avons augmenté nos standards de nettoyage à chaque fois qu’un employé est en contact avec un vélo.

Le nettoyage et la désinfection se font notamment au moyen d’une solution recommandée par la direction de la santé publique, précise M. Vermette.

Mesures incitatives

Cette année, un abonnement gratuit de 30 jours est offert aux employés des établissements publics de santé et de services sociaux montréalais dans le contexte de la COVID-19.

Plusieurs tarifs sont en vigueur pour permettre l'utilisation d'un vélo BIXI : des abonnements annuels de 97 $, mensuels de 36 $ ou pour trois jours de 15 $. Il est aussi possible de payer 2 $ pour un trajet de moins de 30 minutes.

Un employé lave les bicyclettes et les bornes de paiements.

BIXI Montréal s’attend à une importante baisse d’achalandage.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Une baisse de fréquentation de 80 %

BIXI Montréal, qui a battu son record d'utilisation en 2019 avec plus de 320 000 usagers, s’attend à une importante baisse d’achalandage, qui peut aller jusqu’à 80 %, selon Christian Vermette.

Par la suite, on ne sait pas ce qui va se passer. On suit ce qui se fait ailleurs en Europe et en Asie. On ne s’attend pas à avoir un important achalandage à court terme, dit-il.

L’entreprise compte plusieurs dizaines de stations permettant d'emprunter ou de garer un vélo BIXI à Montréal. Elles sont situées principalement au centre-ville et dans le Vieux-Montréal. Il y en a aussi dans Le Plateau-Mont-Royal, Villeray, Rosemont, Pointe-Saint-Charles, Hochelaga-Maisonneuve et Ville-Émard.

Verdun, LaSalle, Lachine, Notre-Dame-de-Grâce et Ahuntsic comptent aussi quelques stations.

La Ville de Montréal entend ajouter 1000 vélos à assistance électrique ainsi que 70 nouvelles stations au cours de la saison 2020.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...