•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'idée d'une semaine réduite pour certains fonctionnaires manitobains est mal accueillie

Le principal syndicat des fonctionnaires manitobains est « très préoccupé » par la proposition du premier ministre Brian Pallister.

Brian Pallister en gros plan et de profil.

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, veut réduire la semaine de travail de certains employés de l'État.

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada

Le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, propose de réduire la semaine de travail de certains employés de la fonction publique, afin de rediriger des fonds vers la lutte contre la propagation de la COVID-19.

Les employés considérés comme non essentiels pourraient travailler des semaines de deux jours, a suggéré mardi le premier ministre. Ils seraient alors admissibles au chômage pour le reste de la semaine, soutien Brian Pallister.

Il évoque aussi la possibilité que les employés de la province accèdent à d’autres aides d’Ottawa, comme le programme de financement des salaires à 75 % destiné aux entreprises du secteur privé.

Il a rencontré les syndicats du secteur public de la province en fin de journée mardi pour « développer une approche commune » à ce sujet.

Le principal syndicat des fonctionnaires manitobains, MGEU, affirme être sorti de cette réunion « très préoccupé ». Le syndicat qui représente, entre autres, des agents correctionnels et des employés de services de garde, s'inquiète que le gouvernement désignerait d’importants services publics comme non essentiels.

Les autorités provinciales n’étaient pas capables de nous dire quels services publics ils jugent non essentiels, indique MGEU dans un communiqué. Le syndicat affirme qu’il doit consulter ses membres avant de répondre à la proposition de la province.

Pour M. Pallister, il s’agit d’une solution « logique et sensée » pour rediriger des ressources vers les services de santé, tout en évitant les mises à pied.

Les fonctionnaires non essentiels conserveront leur emploi, et le gouvernement fédéral pourra économiser de l’argent, car les Manitobains ne dépendraient pas à 100 % des prestations d’assurance emploi d’Ottawa, soutient-il.

Cela ne fait qu’empirer la situation, dit le NPD

C’est donc une méthode « gagnant gagnant gagnant », selon le premier ministre. Cette proposition ne va pas résoudre tous nos problèmes, on va toujours devoir emprunter des milliards de dollars et avoir un déficit record [...], mais c’est une solution pour éviter de devoir faire des mises à pied.

L’opposition néodémocrate critique vivement le plan de la province. M. Pallister est le seul premier ministre au Canada qui refuse de fournir de l’aide financière directe pour les familles, et maintenant il va couper les salaires de milliers de Manitobains, lance le chef du Nouveau parti démocratique, Wab Kinew.

Cela empirera la situation des personnes qui peinent déjà à payer leurs factures. C’est prendre de l’argent dans les poches des familles au moment où elles en ont le plus besoin, poursuit-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !