•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le camping estival au Nouveau-Brunswick est-il envisageable?

L'entrée d'un camping avec une effigie d'un héron, sur lequel est écrit CAMPING HÉRON BLEU. Paysage estival d'été, ciel bleu et verdure.

Le Camping Héron Bleu est situé à Charlo, au Nouveau-Brunswick. (Archive).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un dirigeant d’un terrain de camping à Charlo, dans le nord-est du Nouveau-Brunswick, s’inquiète à l’approche de la belle saison.

Guy Chiasson, du Camping Héron Bleu, aimerait ouvrir ses installations, mais en instaurant des règles bien précises. Selon lui, il serait possible d’accueillir les saisonniers, tout en respectant la distanciation sociale.

La différence comparativement peut-être avec d’autres campings, c’est l’espace entre les saisonniers, entre les terrains. C’est énorme, souligne Guy Chiasson pour expliquer son raisonnement vis-à-vis le respect des consignes d'éloignement physique sur son terrain.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Il précise que certaines zones, comme la piscine, les glissades d’eau et la cantine, pourraient rester fermées. On est prêts à regarder ce qui peut être abandonné pour la saison touristique pour pouvoir [accueillir] juste des saisonniers. À ce moment-là, on aimerait peut-être établir un plan, approuvé par la province et par Travail sécuritaire Nouveau-Brunswick, explique-t-il.

Le Camping Héron Bleu compte environ 200 emplacements, dont 150 avec tous les services. Durant la saison estivale, le site accueille 115 saisonniers.

Il n’y aura aucun rassemblement, il n’y aura pas personne autour d’un feu. Il y a toutes sortes d’affaires qui peuvent être faites, mais qu’au moins les gens pourraient quand même avoir leur été de camping tout en respectant les règles.

Guy Chiasson, dirigeant d'un terrain de camping Héron Bleu

Normalement ouvert dès la mi-mai, le camping a toutefois dû reporter sa date d’ouverture de 2020 à cause de l’état d’urgence de la province.

Guy Chiasson croit que tôt ou tard, il faudra modifier les règlements en vigueur. On trouve que le gouvernement a fait un excellent travail jusqu’à maintenant, mais on est convaincu que l’économie, un moment donné, j’imagine vers la mi-mai au plus tard, devra recommencer.

Il ajoute que les entreprises touristiques ont des factures à payer et que sans saison de camping, elles devront peut-être se tourner vers le gouvernement pour avoir de l’aide ou des remboursements étalés sur plusieurs années sans intérêts.

Une opinion controversée

La réouverture précipitée des campings au Nouveau-Brunswick n’est pas d’avis de tous. Deux propriétaires de camping du nord de la province ont indiqué à Radio-Canada mardi que la réouverture des terrains serait une situation délicate à gérer dans le contexte actuel.

D'après le reportage de François Vigneault et de François Lejeune

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !