•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fabriquer un masque : quel tissu est le plus efficace?

Une jeune fille porte un masque en tissu.

Pikssii Crowshoe, 11 ans, arbore un des masques confectionnés par les femmes huttérites de la colonie de Pincher Creek.

Photo : Gracieuseté

Radio-Canada

Le choix du matériel pour fabriquer un masque non médical peut s'avérer déterminant dans l'efficacité de cette protection additionnelle recommandée par l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC).

Pour confectionner votre masque et apprendre à l’utiliser en suivant les recommandations de l’ASPC, des guides simples et efficaces ont été mis à la disposition du plus grand nombre.

L’importance du tissu

Des chercheurs de l’Université de Cambridge (Nouvelle fenêtre) ont testé en 2013 l’efficacité de certains types de tissus en utilisant la bactérie Bacillus atrophaeus (0,93-1,25 micron) et le virus bactériophage MS2 (0,023 micron) sur différents matériaux.

Leur recherche a permis de savoir quels matériaux pourraient contribuer à limiter la propagation des germes, notamment en cas de pandémie d'influenza.

Leurs travaux ont permis d'établir le classement suivant :

Les matériaux ménagers utilisés pour la confection de masques sont classés en fonction de leur efficacité par rapport aux germes du coronavirus.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les matériaux ménagers sont classés en fonction de leur efficacité par rapport aux bactéries étudiées. Ci-dessus, les résultats des tests effectués avec le virus bactériophage MS2. Les résultats obtenus avec Bacillus atrophaeus sont plus élevés.

Photo : Radio-Canada

Les résultats montrent, sans surprise, que le masque chirurgical arrive en première position avec 89 % d’efficacité avec le virus bactériophage MS. Les résultats obtenus avec le Bacillus atrophaeus sont plus élevés. Pour réaliser cette étude, c'est le masque chirurgical standard 4239 de Mölnlycke qui a été utilisé.

En seconde place arrive la fibre synthétique que l’on retrouve dans les sacs pour aspirateur, dont le taux d'efficacité est établi à 86 %. Les linges à vaisselle, eux, filtrent 76 % des particules. De façon générale, tous les matériaux que l'on trouve à la maison ont réussi à capturer 50 % ou plus des particules virales du bactériophage MS (à l’exception de l’écharpe, dont le taux d'efficacité est de 49 %).

Les tests ont été effectués sur des bactéries d’une taille de 1 micron, soit 2 fois plus grande que le coronavirus, ainsi que des particules de bactériophage MS2 de 0,02 micron, qui sont 5 fois plus petites que le coronavirus.

L'étude conclut qu'un masque de protection maison peut réduire la probabilité d'infection, mais qu'il n'éliminera pas le risque, en particulier lorsqu'une maladie compte plus d'une voie de transmission. Les auteurs affirment que le masque doit être utilisé en combinaison avec d'autres mesures préventives, comme la mise en isolement des gens infectés, l'immunisation et le lavage fréquent des mains.

Il est important de savoir que le masque chirurgical reste la meilleure protection pour les personnes en première ligne, comme le personnel de santé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

Santé