•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ex-ministre Réjean Hébert déplore une « catastrophe » dans les soins aux aînés

Les soins à domicile font partie de la solution, affirme le gériatre et ex-politicien.

Une personne près du CHSLD Joseph-François-Perrault.

Selon Réjean Hébert, les réformes hospitalières de 2003 et 2015 ont fortement nui aux soins offerts aux aînés.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Il est urgent d'apporter des changements majeurs à la façon dont les personnes âgées sont soignées au Québec, affirme l'ex-ministre de la Santé et gériatre Réjean Hébert. Selon lui, il faut entre autres maximiser les ressources destinées aux soins à domicile, afin d'éviter des situations comme la multiplication des cas de COVID-19 dans les CHSLD.

En entrevue à l'émission Tout un matin, M. Hébert a évoqué une « tempête parfaite ».

On a un virus qui s'attaque de façon préférentielle aux personnes âgées et aux personnes vulnérables, et qui est particulièrement létal pour ces personnes-là. Alors, les milieux des CHSLD sont des milieux particulièrement propices à l'éclosion et surtout aux dommages causés par ce virus, explique-t-il.

Deuxièmement, avant la crise, on avait des pénuries de personnel. Pourquoi? Parce que l'on ne paie pas les préposés à leur juste salaire, ce qui rend leur profession moins attrayante, même si ces personnes ont un rôle extrêmement important, surtout dans les CHSLD, ajoute Réjean Hébert. C'est pareil pour les infirmières auxiliaires, et même pour les infirmières, qui n'ont pas de conditions de travail pareilles à leurs collègues dans les hôpitaux.

L'ancien ministre de la Santé s'en prend aussi aux réformes mises en place en 2003 et en 2015, sous les gouvernements libéraux de Jean Charest et de Philippe Couillard, où, dit-il, les CHSLD ont perdu leur entité légale; ils ne sont plus gérés par un conseil d'administration et un directeur général, mais ont été intégrés dans ces grands ensembles, et on ne sait plus qui est le responsable dans une installation en particulier.

Il n'est toutefois pas question de parler d'une incompétence de la part des gens actuellement en place, mais plutôt de « plusieurs décennies de négligence » en ce qui concerne les soins offerts aux personnes âgées, particulièrement dans les CHSLD, dénonce Réjean Hébert.

La raison de ce manque de ressources? L'hôpital a toujours eu la priorité; les deux réformes de 2003 et 2015 ont mis l'hôpital au coeur du réseau de la santé et des services sociaux, et cela a mis de côté les soins à domicile et les CHSLD, soutient encore cet ex-candidat du Parti libéral du Canada, qui réclame une transformation des soins offerts aux aînés, y compris une refonte de leur financement.

L'ancien ministre a par ailleurs rappelé que, lorsqu'il était aux commandes du ministère de la Santé, de 2012 à 2014, il avait proposé le projet d'une « assurance autonomie », qui apportait un financement différent aux services de soins à domicile et en CHSLD.

Mais que voulez-vous : la société priorise encore l'hôpital et le dernier gouvernement a mis l'hôpital au coeur du réseau, et cela, je pense que c'est catastrophique pour les personnes âgées en perte d'autonomie.

Réjean Hébert, ancien ministre de la Santé et gériatre
Plan rapproché de M. Hébert.

L'ancien ministre péquiste Réjean Hébert croit que Québec doit urgemment revenir sur les réformes de 2003 et 2015 dans le milieu de la santé.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Pas de « culture » des aînés?

Le Québec a-t-il des problèmes à protéger sa population vieillissante parce que la société n'a jamais mis en place les bonnes méthodes, ou les bonnes structures pour « prendre soin des aînés », selon l'expression du premier ministre François Legault?

Si M. Hébert estime que « l'âgisme n'est jamais loin » lorsque vient le temps de trouver une explication à cette apparente zone d'ombre dans l'offre de soins de santé, au Québec. L'ancien ministre précise que la même situation prévaut aussi du côté des centres jeunesse.

Le, ou plutôt les coupables? Encore les réformes de 2003 et 2015, martèle-t-il. Les centres jeunesse, comme les CHSLD, ont perdu leur âme dans les CISSS et les CIUSSS.

Devant le drame en cours dans les résidences pour personnes âgées, ainsi que dans les CHSLD – la quasi-totalité des décès imputables à la COVID-19 sont survenus chez les 60 ans et plus –, Réjean Hébert dit espérer que des « réformes majeures » auront lieu rapidement, au sortir de la crise.

On sait ce qu'il faut faire; il faut avoir le courage de le faire.

Réjean Hébert

La solution, mentionne encore le gériatre, consiste à généraliser l'accès aux soins à domicile. Ce faisant, plaide-t-il, les aînés n'auront pas à quitter leur résidence et à se retrouver dans des établissements spécialisés.

Les gens vont [dans ces établissements] pour trouver de la sécurité et des soins, mais actuellement, ils n'y trouvent ni sécurité, ni soins.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !