•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour un flirt à 3000 $ avec toi

Un rendez-vous amoureux, deux contraventions de 1500 $. Ils ne se sont pas touchés, mais le désir les a trahis. La pandémie leur a permis de goûter à un plaisir démodé : l’attente.

Le belvédère du Mont-Royal, le 1er Avril 2020

Un couple regarde la vue du belvédère

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Quelques jours après la première conférence de presse de François Legault, Benoît s’ennuie ferme. L’université est fermée. Il a perdu son emploi à temps partiel. L'austérité de la solitude lui pèse. Le remède sera la plateforme de rencontre en ligne Tinder.

Karina, immigrante récente, dont la famille est loin et qui se retrouve du jour au lendemain dans un monde dépeuplé où le quotidien ne peut plus tromper son cœur esseulé, fait pareil.

Et bing! C’est un match.

Ça fait un petit bout de temps que je rencontre des filles sur Tinder, mais je n’ai jamais rien développé de sérieux avec elles, dit Benoît. Rapidement, on se rencontre en personne, on prend un verre, on passe la nuit ensemble et on passe à un autre appel.

Mais pas cette fois-ci, parce qu’en temps de pandémie, ces badinages agréables sont impraticables.

Avec Karina, on se parle plusieurs fois par jour au téléphone, on s’écrit. On apprend à se connaître. Disons que ce n’était pas dans mes habitudes de prendre mon temps. Mais il y a quelque chose d’excitant là-dedans.

Après deux semaines d’une cour assidue, les deux jeunes gens se sont donné rendez-vous sur le mont Royal.

Ils se sont plu en vrai et se sont revus quelques jours plus tard au même endroit. Ils ont marché, parlé, mais à la tombée de la nuit, l’attraction mutuelle leur a fait oublier un moment le monde en crise et les deux mètres réglementaires.

Ils ne se sont pas touchés, pas embrassés évidemment, mais rapprochés un peu trop.

Un policier nous a demandé si nous habitions ensemble. Évidemment la réponse était non. Ça nous a valu deux contraventions. Sans doute le rendez-vous amoureux le plus cher et le plus mémorable de ma vie, dit Karina, qui ajoute : Je m’en veux. On n’a pas été prudents, un peu cons même. C’est une leçon qui nous a coûté cher.

Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît pas, disait un certain Blaise Pascal.

Karina, qui vient d’un pays où la police est crainte, a payé la contravention sur-le-champ. Benoit, lui, veut la contester.

L’homme dans la trentaine est un pragmatique. Oui, il découvre les douceurs de l’amour courtois, la puissance de l’imagination, de l’expectative. Mais, comme peut l’être l’hiver, c’est un peu forcé.

Est-ce que nous serons ce couple qui va raconter à ses enfants qu’ils se sont rencontrés lors de la fameuse pandémie de 2020? dit-il moqueur. On verra bien. On va peut-être aussi perdre l’intérêt à force de ne pas se toucher, ajoute-t-il.

Visiblement, cette vieille façon de courtiser remise au jour par la crise actuelle le déstabilise.

Elle, par contre, n’en est pas fâchée. Dans la jeune vingtaine, cette approche de l’autre dans la lenteur lui semble neuve. C’est intéressant, résume-t-elle. Une sorte d’expérience nouvelle.

*Les noms des tourtereaux ont été changés afin de respecter leur vie privée

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !