•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Enseigne du Club 281 illuminée dans la nuit.

Le Club 281 a ouvert ses portes le 14 avril 1980.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le 14 avril 1980, un bar de danseurs nus réservé aux femmes ouvre au 281, rue Sainte-Catherine Est, à Montréal. Nos archives témoignent de l’engouement entourant l’arrivée d’effeuilleurs dans la métropole québécoise.

Les années 80 vont marquer l’accession de l’homme à la noble fonction d’objet. Cela est déjà vrai pour ceux qui chaque soir sont livrés aux convoitises de femmes dont on nous assure que leurs intentions sont parmi les plus nobles.

L’animateur Pierre Nadeau

L'Observateur, 2 novembre 1980

Le magazine L’Observateur du 2 novembre 1980 s’intéresse au bar de danseurs nus qui a ouvert ses portes quelques mois auparavant.

Réservé aux femmes, le Club 281 attire les foules. Des femmes de tous les âges y viennent en groupe pour s’amuser, fêter, et souvent pour souligner un enterrement de vie de fille.

Ici, on n’entre pas vraiment pour assouvir sa libido, explique la journaliste France Nadeau qui a passé une soirée au 281 pour son reportage. En fait, on s'anime à voir des hommes s'effeuiller. Quelle revanche historique!

Les danseurs cherchent pour leur part à créer une complicité avec les spectatrices en mettant beaucoup d’humour dans leur performance. Et interdit de toucher à l’artiste, souligne la journaliste France Nadeau.

Dans ce concept audacieux, l’équipe de L’Observateur voit un symbole d’émancipation de la femme.

Si une femme a le droit le danser nue, pourquoi un homme n'aurait pas le droit, soutient France Delisle, fondatrice du Club 281.

L’animateur Pierre Nadeau avance que « ces antres interdits aux hommes » risquent de proliférer à Montréal dans la prochaine décennie. Sa prédiction se concrétisera-t-elle?

Montréal ce soir, 31 juillet 1987

Si le Club 281 est devenu un lieu mythique à Montréal, il n’a pas pour autant vu poindre une forte concurrence.

Ce reportage au Montréal ce soir nous montre néanmoins que la célèbre revue musicale des Chippendales suscite un grand enthousiasme lors de sa venue à Montréal le 31 juillet 1987.

En tournée avec la promesse de mettre en scène les plus beaux hommes de Californie, le spectacle de variétés est présenté à guichets fermés pour ses deux représentations au Métropolis de Montréal.

« L’atmosphère est survoltée », décrit la journaliste Sonia Duguay à l’animatrice Céline Galipeau qui aurait bien aimé voir les Chippendales en action.

Fondée en 1979, la troupe de danseurs masculins existe encore de nos jours.

Quant au Club 281, il fermera définitivement ses portes le 5 septembre prochain après avoir diverti les femmes durant 40 années dans la métropole québécoise.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Archives

Art de vivre