•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La municipalité rurale de Montcalm ne sait pas quand les évacués pourront rentrer chez eux

Des employés municipaux construisent une digue en terre le long d'une route.

Les employés municipaux s'affairent pour protéger les routes en milieu rural en prévision de la montée du niveau de la rivière Rouge cette semaine.

Photo : Radio-Canada / Thomas Asselin

La fonte des neiges fait grimper le niveau de la rivière Rouge, dans le sud du Manitoba. La municipalité rurale de Montcalm a déclaré l'état d'urgence en fin de semaine et a procédé à des évacuations, mais ne sait pas quand elle pourra permettre aux familles de retourner chez elles.

Huit familles ont dû être évacuées entre samedi et dimanche alors que la rivière Rouge déborde et inonde un tronçon de la route provinciale 246 dans le prolongement du chemin Ste-Mary, au sud de Winnipeg.

Il y a trois gros trous en ce moment dans le chemin où l’eau passe à travers, explique le préfet de la municipalité rurale de Montcalm, Paul Gilmore, qui ajoute que les familles ont été logées dans les environs.

Il y en a dans le village d'Altona, puis je crois qu'il y a possiblement une famille à Winnipeg. Elles sont hébergées dans des motels, indique Paul Gilmore.

Il précise que les maisons ne sont pas menacées, car elles sont protégées par une digue. Seul le chemin d'accès est impraticable.

Selon Paul Gilmore, hormis des petits chemins ruraux peu fréquentés, il n'y a pas d'autres fermetures en vue.

Aucun autre grand axe ne devrait être touché et aucune nouvelle évacuation n'est prévue.

Toutefois, pour le moment, le retour à la maison est impossible à prévoir pour les évacués.

Il faut que [le niveau de l’eau] baisse. Après il faut qu'on répare le chemin parce qu'il a été beaucoup endommagé. Alors, c'est impossible de dire quand [les habitants] vont être capables de revenir, mais je veux les assurer qu'aussitôt que l'eau est partie et qu'on peut y aller, on va y aller immédiatement, souligne Paul Gilmore.

Habitué à voir le chemin soumis aux caprices de la rivière, le préfet de la municipalité rurale assure que les employés municipaux ont déjà un plan de prévu.

Ça peut aller vite. Ce qu’on a fait l’année passée, c’est une réparation temporaire qui permet aux gens de passer. C’est probablement la façon dont on va opérer, affirme Paul Gilmore.

Il souhaiterait toutefois voir la mise en œuvre de travaux pour s’assurer que le chemin ne soit plus à la merci de l’eau chaque année.

Ça fait une couple d’années qu’on discute avec [la province] pour régler le problème de sorte que ça n’arrivera plus. Mais c’est un projet dispendieux d’au-delà d’un million de dollars. Notre municipalité ne pourrait jamais payer pour ça, reconnaît Paul Gilmore.

La province prévoit que la rivière Rouge atteindra sa crue cette semaine avec un niveau dépassant celui de l'an dernier à la frontière américaine à Emerson.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !