•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saint-Malo est « au ralenti » à cause de la pandémie 

Une enseigne « fermé » dans la porte d'un commerce.

Les commerces non essentiels sont également fermés dans les municipalités rurales manitobaines.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L’impact de la COVID-19 ne se fait pas sentir que dans les grandes villes. À Saint-Malo, dans la municipalité rurale manitobaine De Salaberry, l'approvisionnement des épiceries est touché et des habitants craignent pour l’économie locale, fortement dépendante du tourisme, si la crise se poursuit cet été.

Comme partout dans la province, les services non essentiels et les écoles de Saint-Malo sont fermés.Les habitants restent confinés chez eux, car il n’y a plus d’activités dans la municipalité, selon Denis Clément, président du Conseil d’administration de la coopérative industrielle de Saint-Malo.

Tout est au ralenti, affirme-t-il. [...] Les travailleurs autonomes peuvent continuer de chez eux, mais ceux qui sont peintres, plombiers et électriciens, ils ne peuvent plus travailler.

Les commerces essentiels, comme la coopérative, ont restreint leurs heures d’ouverture, mais restent très achalandés. Denis Clément évalue la hausse des ventes à 25 % environ. 

L’approvisionnement est par contre profondément touché par la pandémie. 

Les clients ne comprennent pas des fois qu’on se fait approvisionner ailleurs. Quand les gens ne nous fournissent pas ce dont on a besoin, on a des vides dans les étalages, dit Denis Clément, en ajoutant que des produits comme le papier toilette et certains types de viande sont plus touchés que d'autres par la pénurie.

La coopérative fait en effet partie de la chaîne Federated Co-operatives, qui se charge de la distribution aux entreprises membres à travers l’ouest du Canada. 

Denis Clément espère que les choses rentreront dans l’ordre avant la période estivale, sinon les conséquences économiques pourraient être lourdes pour la municipalité, qui accueille de nombreux touristes venus profiter du parc provincial Saint-Malo.

Le village triple en nombre de personnes l’été, dit-il. Si ça n’arrive pas, les commerces et les restaurants vont souffrir.

Avec les informations d'une entrevue de Denis Clément réalisée par le 6 à 9.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !