•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les sénateurs albertains pressent le fédéral d'aider l'industrie énergétique

Une exploitation pétrolière près de Fort McMurray.

Le Western Canadian Select, le baril de référence canadien, s'échange à moins de 10 $.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Radio-Canada

Les deux sénateurs albertains, Doug Black et Paula Simons, se demandent quand le gouvernement fédéral aidera l’industrie des énergies fossiles, la principale industrie de la province.

Doug Black dit qu’il a posé deux fois la question directement au ministre fédéral des Finances, Bill Morneau. Il m’a dit les deux fois que c’était compliqué [...] et qu’il y travaille et espère qu’il y aura quelque chose à annoncer bientôt, dit Doug Black.

Ce dernier est inquiet, car Bill Morneau a annoncé que l’aide du gouvernement fédéral ne sera pas spécifique au secteur d’activité des entreprises. Je suppose qu'il voulait dire par là qu'il pourrait y avoir une solution universelle. Eh bien, il n'y a pas de solution unique pour les industries de ce pays, ajoute Doug Black.

Le secteur énergétique du Canada est touché par une chute importante de la demande à cause de la pandémie et une chute des prix liée aux tensions entre la Russie et l’Arabie saoudite.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Le cours du baril de référence américain, le West Texas Intermediate, s’échange encore à moins de 30 $ malgré une réduction de la production de 10 millions de barils de pétrole, décidée la fin de semaine dernière par les pays de l’OPEP +.

La sénatrice Paula Simons rappelle que Bill Morneau prévoyait un appui financier propre à l’industrie énergétique il y a tout juste deux semaines. Elle aussi est déçue de ce changement de trajectoire.

Le secteur de l'énergie de l'Alberta n’est pas seulement le moteur économique de l'Alberta, il stimule une grande partie de l'économie fédérale […] Ce n'est pas seulement un problème de l'Alberta, c'est dans une certaine mesure un problème de la Saskatchewan et, dans une large mesure, un problème de Terre-Neuve-et-Labrador, affirme-t-elle.

Avec des informations de Sarah Rieger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !